2 min de lecture Éducation nationale

École à la maison : "Le ministre n'a pas anticipé cette situation", dénonce un professeur

INVITÉS RTL - Le ministère de l'Éducation est sous le feu des critiques après la panne de l'ENT mardi 6 avril. Fabien Le Duigou, professeur de SES dans un lycée et Nicolas Arpagian, expert en cybersécurité débattent de sa responsabilité.

Yves Calvi_ 6 Minutes pour Trancher Yves Calvi iTunes RSS
>
École à la maison : "Le ministre n'a pas anticipé cette situation", dénonce un professeur Crédit Image : ERIC FEFERBERG / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Louis Chahuneau

Une drôle de sensation de déjà-vu. Comme l'an passé lors du premier confinement, les élèves et professeurs ont été confrontés à une panne de l'Environnement de travail (ENT) lorsqu'ils ont voulu suivre les cours à la maison mardi 6 avril, alors que les écoles viennent d'être fermées pour les prochaines semaines à cause de la nouvelle vague épidémique.
Fabien Le Duigou, Professeur de SES dans un lycée des Yvelines, raconte son début de journée : "Dès 8h du matin, je me suis connecté sur l'ENT, et dès le départ ça ramait. J'ai essayé pendant une heure et au bout d'un moment, un message nous a prévenus qu'un système de quota était mis en place parce qu'il y avait trop de gens connectés".

Le professeur n'a finalement pas réussi à faire cours et dénonce un manque de préparation du gouvernement : "C'est exactement la même situation qu'en mars dernier. On n'avait déjà pas pu se connecter à l'ENT et on a eu l'impression de revivre hier la même situation qu'il y a un an. Je pense qu'on n'était pas du tout préparés. Le ministre n'a pas anticipé cette situation."

La version d'une cyberattaque peu probable ?

De son côté, Nicolas Arpagian, expert en cybersécurité analyse les accusations de cyberattaques proférées par le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer face à cette panne : "Cette invocation était déjà intervenue l'année dernière dans les mêmes circonstances. Le déni de service est un mode opératoire utilisé soit à des fins idéologiques, pour bloquer un média ou une administration en saturant son site Internet avec des connexions simultanées, soit de manière crapuleuse pour extorquer. Dans le cas de l'Éducation nationale il n'y a pas eu de revendication idéologique ni de réclamation de rançon, donc ça paraît surprenant", explique l'auteur de La Cybersécurité aux Presses Universitaires de France.

Selon lui, "Ça mériterait investigation". Confronté à une attaque informatique en même temps que la panne de l'ENT, le CNED (Centre national d'enseignement à distance) a d'ailleurs annoncé qu'il portait plainte.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Éducation nationale Confinement Coronavirus
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants