1 min de lecture Bernard Cazeneuve

Deux représentants de "Policiers en colère" ont rencontré Bernard Cazeneuve

Deux policiers du mouvement "Policiers en colère" ont demandé au ministre de l'Intérieur que les fonctionnaires qui ont bravé l'interdiction de manifester ne soient pas sanctionnés ce dimanche 23 octobre.

>
Une représentante du mouvement "Policiers en colère" a rencontré Bernard Cazeneuve. Crédit Image : BERTRAND GUAY / AFP | Crédit Média : Vincent Serrano | Durée : | Date :
Vincent Serrano
et La rédaction numérique de RTL

Dans la plus grande discrétion, Bernard Cazeneuve s'est rendu dans un commissariat de Créteil en début d'après-midi ce dimanche 23 octobre. En compagnie du préfet du Val-de-Marne et du directeur général de la police Jean-Marc Falcone, le ministre a pu échanger pendant près de deux heures les policiers présents. Alors que des centaines de policiers manifestaient encore à Paris pour le sixième jour consécutif du mouvement "Policiers en colère", deux fonctionnaires de l'Essonne se sont entretenu une vingtaine de minutes avec le ministre de l'Intérieur au terme de cette visite surprise. Yann et Émilie se présentent comme des porte-paroles non syndiqués.

À l'issue de cet entretien, les deux agents de police se sont déclarés favorables à une suspension temporaire des manifestations de fonctionnaires de police. "On ne demande pas un arrêt total, on demande juste une pause pour voir si ce qui a été dit a été suivi d'engagements concrets", a précisé la policière qui a rencontré Bernard Cazeneuve.

François Hollande rencontrera les organisations représentatives de la police

Les représentants du mouvement "Policiers en colère" semblent avoir obtenu des garanties de la part du ministre de l'Intérieur pour obtenir plus de moyens et d'effectifs aux policiers. "Je ne sais pas si on a été entendus, mais en tout cas, on a été écouté", confie Émilie. "On a un pas vers l'avant, un geste fort", poursuit-elle. Les représentants du mouvement "Policiers en colère" ont également milité pour que les policiers ayant participé aux manifestations illégales ne soient pas sanctionnés : "nous espérons que les fonctionnaires ne soient pas mis à l'index parce qu'ils ont participé au mouvement".

Alors que Bernard Cazeneuve avait déjà adressé une lettre aux forces de l'ordre vendredi dernier pour leur réaffirmer son soutien, tout en condamnant leur comportement à l'égard du directeur général de la police. De son côté, l'Élysée a annoncé que François Hollande rencontrera les organisations représentatives de la police nationale mercredi prochain, puis le Conseil de la fonction militaire de la gendarmerie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bernard Cazeneuve Manifestations Police
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants