1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Chiffres romains disparus : que se passe-t-il au musée Carnavalet ?
2 min de lecture

Chiffres romains disparus : que se passe-t-il au musée Carnavalet ?

ÉCLAIRAGE - Le musée Carnavalet est accusé d'avoir fait disparaître les chiffres romains. Il dément, et explique sa démarche.

Le musée Carnavalet en travaux (illustration)
Le musée Carnavalet en travaux (illustration)
Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
Coline Daclin & AFP

Depuis quelques jours, une polémique secoue le musée Carnavalet, à Paris. Le musée, qui doit rouvrir après quatre ans de travaux, aurait abandonné les chiffres romains, en les remplaçant par des chiffres arabes, pour faciliter la compréhension. On ne devrait plus écrire "Louis XIV a vécu au XVIIème siècle" mais "Louis 14 a vécu au 17ème siècle".

Du moins, c'est ce que clament les détracteurs de cette mesure, défenseurs de l'usage qui veut qu'on désigne les rois et empereurs par des chiffres romains. Au-delà de la France, la presse italienne se rue aussi sur l'affaire, et dénonce une "catastrophe culturelle" à la visée "politiquement correcte"

De son côté, l'organisme Paris-Musées, qui gère le Carnavalet, dément. "Les chiffres romains ne sont pas abandonnés : ils sont utilisés pour les noms des rois et empereurs sur près de 3.000 textes des salles, à l'exception de 170 textes de médiation universelle accessible à tous les publics", explique-t-il sur Twitter. Cette numérotation facilitera la compréhension des visiteurs en situation de handicap, poursuit une source de l'AFP. 

Une question d'accessibilité

Les 170 dispositifs en question proposeront des décryptages à l'aide de modules à toucher, à manipuler, ou à écouter. La règle choisie a été "le facile à lire et à comprendre" : phrases courtes, vocabulaire simple et chiffres arabes. Sur ces dispositifs, figure aussi la description des œuvres en braille. En clair, les caractères arabes ne sont utilisés qu'en appoint pour permettre un meilleur accès de publics handicapés aux 3.800 œuvres

À lire aussi

En revanche, la numérotation des siècles se fera bien en chiffres arabes et non pas romains sur l'ensemble du parcours. Un choix qui a été fait car les dates évoquées sont très nombreuses dans ce musée qui couvre des millénaires d'histoire de Lutèce et de Paris. C'est par ailleurs un usage de plus en plus fréquent dans de nombreux musées à travers le monde. 

"Nous ne supprimons rien mais nous nous devons d'être ambitieux et innovants en matière d'accessibilité", en conclut sur Twitter l'adjointe à la Culture de la Mairie de Paris, Carine Rolland.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/