1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Des associations alertent sur une épidémie de "crânes plats" chez les nourrissons
1 min de lecture

Des associations alertent sur une épidémie de "crânes plats" chez les nourrissons

Le nombre de déformation du crâne a explosé chez les jeunes bébés, selon plusieurs associations.

Des associations alertent sur une épidémie de crânes plats chez les nourrissons. (illustration)
Des associations alertent sur une épidémie de crânes plats chez les nourrissons. (illustration)
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

Mais comment faut-il coucher les nourrissons ? Plusieurs associations alertent sur une épidémie de "bébés à tête plate". À l’origine de ce phénomène, le bannissement du coucher ventral qui est prônée depuis une vingtaine d’années pour lutter contre la mort subite du nourrisson. Si personne ne remet en cause cette précaution aujourd’hui, le fait que tous les nouveaux-nés sont couchés sur le dos pose problème.

Un bébé sur cinq aurait l'arrière du crâne aplati aujourd’hui. Le Lien, une association de défense des patients, dénonce même "un sujet de maltraitance qui ne dit pas son nom". L'association a saisi la Haute Autorité de santé (HAS) à ce sujet à l’occasion de la Journée mondiale contre les déformations crâniennes.

Des solutions très simples

Face à la recrudescence des plagiocéphalies, ces malformations post natales plus communément appelées "têtes plates", les spécialistes incitent à changer régulièrement la position de leur nourrisson et donc à les faire dormir sur le côté. Un nourrisson peut ainsi dormir du côté gauche avec la tête en haut du lit les jours pairs, et sur le côté droit avec la tête en bas du lit les jours impairs.

Car les malformations crâniennes n’engendrent pas que des désagréments esthétiques, mais sont également à l’origine de malformations de la mâchoire et de problèmes de dos. "Les problèmes de mâchoire entraînent des problèmes de succion, de dentition, d'alimentation. On note aussi des retards dans l'apprentissage de la marche, de la parole", explique par exemple l'ostéopathe Frédéric Zenouda dans les colonnes du Parisien.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/