2 min de lecture Éducation nationale

Déconfinement : "Il ne faut pas refaire l'école comme nous la faisions avant", clame la FCPE

INVITÉS RTL - Le coronavirus a mis en lumière les problèmes d'hygiène et les inégalités sociales, technologiques et culturelles au sein de l'école. Rodrigo Arenas, de la Fédération des parents d'élèves (FCPE) et une enseignante souhaitent une prise de conscience et des actes.

Julien Sellier RTL Petit Matin Julien Sellier iTunes RSS
>
Déconfinement : "Il ne faut pas refaire l'école comme nous la faisions avant", clame la FCPE Crédit Image : VALERY HACHE / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Jérôme Florin
Jérôme Florin et Aymeric Parthonnaud

Le président de la République a annoncé le retour des écoliers, collégiens et lycéens dans leurs salles de classe pour le 11 mai. "Un retour à la normale" salué par Rodrigo Arenas de la Fédération des parents d'élèves (FCPE). Charge maintenant au gouvernement de permettre le maintien des fameux gestes barrières lors de cette rentrée qui ne manquera pas d'être inédite. 

Mais un "retour à la normale" ne signifie pas que l'école ne doit pas apprendre de cette crise sanitaire, souligne Rodrigo Arenas. "Il est hors de question que les enfants puissent reprendre le chemin de l'école si les toilettes ne sont pas dignes de ce nom. La France a découvert que les toilettes de notre pays ne permettaient pas de se laver les mains par manque de savon. Il faut maintenir la distanciation sociale entre les élèves qui peuvent contaminer les enseignants, les personnels de restaurant et d'hygiène, leurs familles. (...) Nous sommes inquiets en écoutant le président de la République en entendant que l'école va reprendre comme avant, comme si nous enfants n'avaient pas un deuil à faire, comme s'ils n'avaient pas été enfermés pendant des semaines". 

Il ne faudrait pas dire que les cours sont suspendus jusqu'au mois de juillet parce que là on aurait un décrochage monstrueux, précise une professeure de mathématiques dans un lycée de Metz. Ils peuvent dire ça pour les élèves de l'université qui sont beaucoup plus autonomes que les collégiens et lycéens. Mais est-ce que deux mois d'apprentissage valent le risque de la contamination ? D'un scandale sanitaire ?"

Comment se passe les fameuses classes virtuelles que beaucoup de professeurs ont mis en place ? "Au fil des semaines, on constate que de plus en plus d'élèves décrochent.Certains n'étaient pas là depuis le début. Peut-être à cause de problèmes de connexion. On ne peut pas jeter la pierre aux élèves ou à leurs parents. Mais d'autres ne viennent plus ou sélectionnent les cours auxquels ils assistent", regrette la professeure. 

À lire aussi
Une élève résout un problème de mathématiques au tableau école
Mathématiques : le niveau des élèves de CM2 en chute libre

Pour Rodrigo Arenas, il faut absolument que l'école évolue pour réduire la fracture sociale entre les élèves : "Si on ne change pas la grammaire de l'école pour ces élèves qui sont sortis du radar, si on ne fait pas une école qui se construise à travers les élèves les plus fragiles, nous reproduirons ces inégalités scolaires qui se sont accentuées et ont été révélées par le Covid-19". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Éducation nationale École Lycée
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants