1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. DÉBAT - Faut-il légaliser l’euthanasie ?
1 min de lecture

DÉBAT - Faut-il légaliser l’euthanasie ?

Le député LaREM Jean-Louis Tourraine et le docteur Jean-Marie Gomas débattent sur RTL de l'euthanasie, thème qui pourrait s'imposer dans la campagne présidentielle.

Un produit administré dans le cadre d'une euthanasie (illustration)
Un produit administré dans le cadre d'une euthanasie (illustration)
Crédit : BULENT KILIC / AFP
Euthanasie : "La France est le dernier pays qui ne respecte pas le choix du malade" selon un député
09:14
Euthanasie : "La France est le dernier pays qui ne respecte pas le choix du malade" selon un député
09:13
Yves Calvi_
Yves Calvi - édité par Étienne Bianchi

Et si l'euthanasie devenait légale en France ? Actuellement, la fin de vie en France est réglementée par la loi Léonetti qui refuse l'acharnement médical

Cette loi ne donne pas "satisfaction", car elle n'est pas "entièrement applicable" selon Jean-Louis Touraine, député LaREM du Rhône et rapporteur d’une proposition de loi donnant le droit à une fin de vie libre et choisie, car des malades ne "rentrent pas ce cadre-là". Selon celui qui est également professeur de médecine "la France est le dernier pays qui ne respecte pas le choix du malade"

"C'est le choix du malade qui doit être respecté, et il peut être d'attendre la fin naturelle, de requérir un accompagnement tel que la loi Claeys-Léonetti le prévoit ou pouvant dire 'je ne veux pas d'une agonie insupportable'" détaille l'élu. Jean-Louis Touraine propose "une aide active à mourir qui permet au malade qui le souhaite et réalisé par un médecin que le souhaite" de mettre fin à la vie. 

Modèle américain

Pour le docteur Jean-Marie Gomas, fondateur de la Société française d’accompagnement et de soins palliatifs (Sfap), le nombre de demandeurs est "infime". "Pour une personne qui va en Belgique, il y en a des dizaines de milliers qui sont accompagnés, pas toujours très bien, en France" détaille-t-il. 

À écouter aussi

Il privilégie de prendre exemple sur le modèle américain et plus précisément sur l'État d'Oregon. Une "aide pharmacologique au suicide" est mise en place : le malade, lorsque son espérance de vie ne dépasse pas les six mois, peut obtenir une ordonnance pour une "pilule mortelle" qu'il peut ingérer au moment où il désire. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/