1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. D'où viennent les surnoms ?

D'où viennent les surnoms ?

Qu’ils soient pleins de douceur ou de moquerie, nos surnoms ont des caractéristiques surprenantes… dont celle de se transmettre, parfois, de génération en génération.

Notre nom de famille peut-il être un poids ?
Notre nom de famille peut-il être un poids ?
Crédit : I stock
D'où viennent les surnoms ?
03:07
Muriel Gilbert
Muriel Gilbert
Animateur

Aujourd’hui, amis des mots, nous allons répondre à toute une classe de la Nièvre. Les CM1-CM2 de Donzy (près des vignes de Sancerre et de Pouilly-sur-Loire) se demandent quelle est "l’origine du mot surnom, car, m’écrivent-ils, souvent le surnom que l’on donne à quelqu’un n’a aucun rapport avec son nom".

Parfois, c’est vrai, le surnom n’a que peu de ressemblance avec le nom. D’ailleurs, le Littré nous apprend que le surnom est bien au sens premier "un mot ajouté au nom propre d’un individu pour le distinguer d’autres qui s'appellent comme lui". Voilà pourquoi c’est un "sur-nom", il vient en plus du nom. Et le dictionnaire donne les exemples célèbres Guillaume le Conquérant ou de Charlemagne (le  "magne" de Charlemagne, c’est le magnus latin, qui veut dire "grand").

Mais il n'y a pas que les rois et les princes qui aient eu des surnoms… Tout le monde peut recevoir un surnom. Je dis "recevoir", car l’une des caractéristiques du surnom, c’est qu’on ne peut pas se le donner à soi-même. Souvent, il a trait à une particularité physique ou morale, pas toujours très flatteuse : c’est le sobriquet. Et vous ne saurez pas forcément qu’on vous appelle Gras-Double ou Grande-Perche, Rase-Bitume ou Boule de Billard ! Il arrive aussi, par moquerie, qu’on dise l’inverse de ce que l’on pense, et on vous appellera peut-être Gracieuse dans votre dos si vous êtes particulièrement peu souriante, ou Einstein si on vous prend pour une andouille…

Et puis il y a les mignons petits noms, les diminutifs, qu’on donne aux personnes qu’on aime, en famille, à la maison, qui font que Thomas sera appelé Toto, Gabriel Gabi, Lucas Lulu et Muriel… Mumu !

L'influence des surnoms sur les noms de famille

À lire aussi

Mais le plus étonnant, c’est que les surnoms ont eu une influence considérable sur les noms de famille que nous portons. Avant le Moyen Age, chaque nouveau-né recevait un simple nom de baptême, mais, avec le temps, on s’est retrouvé avec tant d'homonymes, de personnes portant le même prénom, que l’on a dû utiliser des surnoms pour les différencier. J’ai découvert tout ça dans un livre passionnant : Les Surnoms les plus célèbres de l’histoire, de Daniel Lacotte, aux éditions Pygmalion.

Donc on s’est mis à préciser Louis le Grand pour le différencier de Louis le Petit, Jean le Blond pour ne pas le confondre avec Jean le Brun, Jacques le Doux, Jacques le Beau, ou bien Paul du Puits qui habitait près du puits, pour le distinguer de Paul Boulanger, qui faisait le pain et de Paul Charron qui fabriquait les chars et les charrettes. Et finalement ces surnoms se sont transmis de père en fils (et en fille !) et, à partir du XIIe siècle, ils sont devenus nos noms de famille.

C'est pourquoi nous sommes si nombreux à nous appeler Legrand, Petit, Dupuis, Dupont ou Boulanger… Il y a parfois des noms qui nous semblent plus obscurs, mais Calvet désignait un chauve, Doucet un homme doux, Lesage un homme savant, Hardy ou Vaillant un courageux, tandis que Dubosc habitait près du bois, Duhamel dans le hameau, Casanova la maison neuve, Lacoste dans la côte, Farge, Faure ou Lefebvre étant forgerons, Sabatier sabotier…  Quant à Stéphane Carpentier, il y a de grandes chances qu’il soit l’arrière-arrière-arrière-arrière-petit-fils d’un charpentier !
 
Les Surnoms les plus célèbres de l’histoire, de Daniel Lacotte, éditions Pygmalion.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/