3 min de lecture Travail

D'où viennent les politiques pour l'emploi des jeunes ?

La crise économique menace les jeunes de chômage. Pour leur éviter la case précarité, Emmanuel Macron puis Jean Castex, ont annoncé un plan inédit pour épauler les entreprises et soutenir l'embauche des jeunes.

Micro générique Switch 245x300 La chronique du jour La rédaction de RTL iTunes RSS
>
D'où viennent les politiques pour l'emploi des jeunes ? Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Anais Bouissou
Anaïs Bouissou édité par Venantia Petillault

Depuis près de 50 ans, c'est l'équivalent de dizaines de milliards d'euros qui ont été dépensés dans les politiques de l'emploi des jeunes. On compte plus d'une vingtaine de lois sur ce sujet. L'histoire débute dans les années 1970.
 
En décembre 1974, Valéry Giscard d’Estaing est président depuis 6 mois. Lui qui cultivait l’image de la jeunesse et du changement voit l’horizon de son mandat s’assombrir.  
Inflation forte, hausse du chômage, particulièrement chez les jeunes travailleurs. Le président se fend alors de son premier discours, avec un feu de cheminée en arrière-plan.   
"Il faut traiter le problème particulier des jeunes. Des initiatives seront prises dans les semaines prochaines. Nous poursuivrons le changement de la société française. Pour que vous puissiez vivre un jour dans une société jeune, détendue, juste, et ouverte sur le monde".

Les mois passent, le gouvernement tâtonne sur les mesures à prendre et le chômage continu d’augmenter à une allure folle. Jacques Freyssinet est chercheur associé à l’institut de recherche économique et social : "Éclate une récession sans précédent depuis les années 30, qui va faire passer le chômage au-delà du million. Tout d’un coup la réponse par la scolarité n’est pas suffisante. Il faut inventer des dispositifs qui facilitent l’accès à l’emploi pour ces jeunes sans qualification".

Les jeunes se mobilisent à la rentrée 1975

À la rentrée 1975, les jeunes se mobilisent. On attend plusieurs milliers de jeunes à Paris, sous la banderole CFDT CGT, la jeunesse veut vivre. Le gouvernement annonce alors un dispositif nouveau pour éviter le chômage des jeunes, la création des stages Granet, du nom du secrétaire d’État à la formation professionnelle, Paul Granet. Les jeunes peuvent s’adresser à l’ANPE et demander à être intégré à l’un de ces stages. Après un examen avec un psychologue. Au bout de 6 à 9 mois, la priorité d’embauche revient aux jeunes qui sortent de ces stages.


Le plan pour l’emploi de 1975 marque le début d’une longue liste de dispositifs et plus d’une vingtaine de loi ayant toujours le même but : réduire le chômage des jeunes. Dès ces mesures Granet, on trouve les deux piliers, d’une part des dispositifs ambitieux mais coûteux de formation dans l’industrie, et dans le bâtiment et puis il y a des dispositifs peu coûteux qui prennent plus ou moins la forme de stage. En général, ça les sort du chômage, mais bien souvent ils y retournent à la fin du stage.

En 1993 la France atteint 3 millions de chômeurs

À lire aussi
Une personne travaillant en télétravail (illustration) société
Le télétravail, des ses balbutiements dans les années 70 à son développement actuel

À partir de 1976, quand Raymond Barre devient Premier ministre, l’emploi des jeunes s’ancre comme un enjeu politique. Plusieurs plans nationaux pour l’emploi des jeunes sont annoncés, en reprenant l’idée des stages associés à des exonérations de cotisations pour les entreprises. C’est ce genre de stage qui sera proposé à la rentrée aux 450.000 jeunes qui se présenteront sur le marché du travail.

Mais rien n’y fait, la courbe des inscrits à Pôle Emploi grimpe à une allure effrayante. En 1981, quand François Mitterrand devient à son tour président, on dénombre 2 millions de chômeur. Parmi eux, toujours plus de jeunes.

 
En 1993, la France atteint 3 millions de chômeurs. Après une large victoire de la droite aux élections législatives, le nouveau Premier ministre Édouard Balladur tente de créer un SMIC jeune. Qui permettrait de payer les –de 26 ans moins chers. C’est le contrat d’insertion professionnel, CIP. Les mobilisations auront raison de ce dispositif. 12 ans plus tard, le Contrat première embauche, CPE, subira le même sort.  


Les dispositifs dédiés à l’embauche des jeunes évoluent au fil des gouvernements et des changements de conjoncture. Jusqu’à la crise économique de 2008, le nombre de jeunes sans emploi augmente alors à nouveau. Et à partir de 2012, le président socialiste François Hollande cherche à innover. On retrouve le système, suivi accompagnement, stages en entreprise. L'élément nouveau c'est contrat de génération, embaucher des jeunes et les lier au maintien en activité d’un senior. Sur le papier c'est original, intéressant, c'est une façon de mobiliser leurs compétences professionnelles.


En parallèle, les contrats aidés, largement subventionnés par l’État sont développés. 460.000 contrats sont signés en 2016. Leur nombre a depuis été drastiquement réduit.  
Mais dans le monde d’après, les subventions par l’État, les aides à l’embauche et l’accompagnement des jeunes, ces 3 formules déjà utilisées par temps de crise, seront redéployées.                                                                   

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Travail Chômage Emploi
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants