3 min de lecture Économie française

Croissance : pourquoi le dernier trimestre est meilleur que les prévisions

La croissance du dernier trimestre a dépassé légèrement les prévisions. Notre économie se porte mieux que celle de nos voisins, il ne faut cependant pas se réjouir trop tôt.

L'Eco and You - Martial You L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Croissance : le dernier trimestre est meilleur que les prévisions Crédit Image : AFP / Thomas Samson | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Noé Blouin

Une bonne nouvelle donnée par l'INSEE, jeudi 29 août : la croissance a été un peu meilleure que prévu entre avril et juin. +0,3% de croissance au lieu de 0,2%, ça n'a l'air de rien, mais 0,1 point, ça pèse quand même 2 milliards. Et surtout, la consommation des ménages repart enfin depuis juillet : le gouvernement attendait ça après le coup de pouce de 17 milliards annoncé par Emmanuel Macron suite à la crise des "gilets jaunes".

Alors 0,3% de croissance sur un trimestre, ce n'est pas non plus l'Annapurna. Cette hausse signifie simplement qu'à la fin de l'année, nous devrions arriver à 1,3/1,4% de croissance contre 1,7%, l'an dernier. Mais on commence à voir les Français consommer. Le tourisme a connu un très bel été avec des Français qui sont massivement restés sur le territoire et qui ont consommé dans l'hexagone. Juin a été exceptionnel et septembre s'annonce prometteur. On observe aussi depuis juillet des signes solides de reprise avec une très bonne tenue des achats immobiliers et des achats d'équipements pour la maison. 

Cela à pris un peu de temps. Après l'annonce des mesures post-"gilets jaunes", les Français ont d'abord mis de l'argent sur leurs livrets A (16 milliards depuis janvier) et sur leurs assurances-vie (17 milliards). Traditionnellement, on pioche dans l'épargne de précaution à la rentrée scolaire et aux fêtes de fin d'année. Le dernier trimestre devrait donc être bon de ce côté-là. C'est important, car la consommation est le premier moteur de notre croissance.

L'économie française fait de la résistance

Plutôt que de voir cette légère hausse de la croissance comme une progression, on peut dire que l'économie française fait de la résistance. Ce qui est déjà un exploit dans le contexte actuel. 

À lire aussi
Deux touristes se prennent en photo, en août 2017, devant le Sacré Cœur, à Paris (photo d'illustration). économie
Tourisme : la France accueille le plus de voyageurs, mais ils dépensent moins qu'ailleurs

À cause de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis, toute l'économie mondiale ralentit. L'Allemagne a une croissance négative en ce moment et pourrait tomber en récession dans les prochains mois. On va donc être prudent, pour l'instant, on est un peu épargnés par cette crise du commerce mondial, mais l'Allemagne est notre premier partenaire économique. La contagion pourrait donc finir par passer le Rhin, surtout que notre second partenaire, l'Italie, n'est pas beaucoup plus fringuant.

On peut expliquer notre meilleure résistance à la crise grâce à "l'effet vieux matelas en mousse" de l'économie française. Nous avons des amortisseurs sociaux qui font qu'en cas de crise, nous tombons moins lourdement que les autres... Premier effet matelas. Mais, nous mettons aussi, en général, plus de temps à rebondir et nous rebondissons moins haut, car on doit financer ou refinancer notre système de protection sociale. C'est le manque de ressort du matelas en mousse usé. Et puis, nous résistons aussi car nous sommes assez mauvais en exportation. À la différence des Allemands. Ce qui explique que lorsque le commerce mondial ralentit, nous sommes moins affectés que les autres.

Le plus : l'ouverture des commerce le dimanche, ça marche

Selon l'institut Nielsen, l'ouverture des magasins le dimanche représente maintenant 41% de la croissance des hypers... L'activité le dimanche est en hausse de 8,6%. On est donc en train de prendre l'habitude d'aller faire nos course ce jour-là.

La note : 10/20 aux assureurs

Selon l'assureur AXA, les voitures électriques haut de gamme et les SUV ont plus d'accidents que les véhicules traditionnels. À cause notamment des assistants d'aide à la conduite qui font que ces modèles sont déjà quasiment des voitures autonomes. Du coup, la vigilance des conducteurs est moins forte.


Mais, de là, à ce que ça nous annonce une hausse des primes d'assurance sur les modèles électriques, au moment où tous les constructeurs ont une offre, il n'y a qu'un pas.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie française Économie Croissance
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants