1 min de lecture Taxes

Taxe GAFA : accord probable entre la France et les États-Unis

La taxe concernant les géants du numériques, les GAFA, sera bientôt accepté par les États-Unis. Celle-ci sera autant bénéfique aux pays qui l'adoptent qu'aux GAFA eux-mêmes.

L'Eco and You - Martial You L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
L'éco and You du 27 août 2019 Crédit Image : ludovic MARIN / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Nicolas Barreiro

En France, la taxe GAFA prévoit de récupérer 3% du chiffre d'affaires réalisé sur les activités digitales des Google, Apple, Facebook, Amazon mais aussi Airbnb, Expédia... Au total, une trentaine d'entreprises dans le monde, essentiellement américaines. Elle est déjà votée et appliquée et elle doit nous rapporter 4 à 500 millions cette année.

Ce que tout le monde est obligé d'admettre, y compris les Américains, c'est qu'on ne peut pas continuer à observer le digital transformer, bouleverser et chambouler nos économies nationales. Ces géants du digital font de l'optimisation fiscale et ne paient pas un impôt juste sur leur activité chez nous. Il s'agit là d'entreprises commerciales, qui ont besoin de clients. Leur image de resquilleurs commence à conduire à des boycotts de la part de certains Français.

Et les GAFA ne sont plus seuls désormais. Il y a aussi les BATX à la porte de l'Europe. Les BATX, ce sont les GAFA mais version chinoise. Donc les mêmes activités vont arriver chez nous, mais avec une image intacte. Il vaut donc mieux, même pour les GAFA, que les conditions de concurrence soient équitables.

L'accord de Biarritz, une étape majeure

Tout s'est joué en marge de ce G7. Dans la propriété familiale de Bruno Le Maire, à Saint-Pée-sur-Nivelle, à quelques kilomètres de Biarritz et à l'ombre des haras de Chantilly en juillet lors du G7 des Ministres des Finances. 

À lire aussi
Un rayon jambon dans un supermarché de Nîmes (Illustration) Nutrition
Additifs : Bientôt une taxe sur la charcuterie ?

L'objectif de cette rencontre consistait à convaincre les américains que cette taxe GAFA n'était pas une taxe anti-États-Unis mais bel et bien un rétablissement des règles d'équité commerciales mondiales.

L'accord de Biarritz va permettre de mettre sur pied une taxe à l'échelle mondiale appliquée dans les 129 pays de l'OCDE et non plus une taxe uniquement française comme la taxe Chirac sur les billets d'avion qui n'a rien changé à part rendre la France moins attractive.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Taxes Google Amazon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants