1 min de lecture Santé

Covid-19 : "On a créé notre propre pénurie de soignants", déplore Patrick Pelloux sur RTL

INVITÉ RTL - Patrick Pelloux, président de l'Association des médecins urgentistes hospitaliers de France, a réagi aux récentes sorties d'Emmanuel Macron sur l'hôpital public.

Thomas Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Coronavirus : "On a créé notre propre pénurie de soignants", déplore Patrick Pelloux sur RTL Crédit Image : PATRICK KOVARIK / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
RTL Soir On Refait le monde - Sotto
Thomas Sotto édité par Louis Chahuneau

Une fois de plus, une petite phrase d'Emmanuel Macron a fait polémique. Le président de la République était ce mardi 6 octobre en visite à l'hôpital Fondation Rotschild, dans le XIXe arrondissement de Paris, et il en a profité pour discuter avec les soignants :  "Ce n'est pas une question de moyens mais d'organisation", a-t-il déclaré à une soignante qui demandait plus de moyens.

Pour Patrick Pelloux, président de l'Association des médecins urgentistes hospitaliers de France (AMUF), Emmanuel Macron "n'a pas complètement tort, mais tout le monde a raison sur ce sujet. Quand il dit qu'il n'est pas responsable, en effet ça fait 20 ans qu'on restreint les moyens, qu'on ferme des lits. Mais nous sommes face à l'évolution de l'épidémie, les modèles sont inquiétants, et le challenge c'est de soigner tout le monde, pas seulement les malades atteints de la covid-19", explique-t-il au micro de RTL.

Lors du Ségur de la santé, le gouvernement s'est engagé à investir 8 milliards d'euros pour le personnel hospitalier, notamment avec une hausse nette de salaire mensuel de 183 euros net. "Ce n'est pas rien en effet, mais il y a un tel retard, et nous sommes face à une telle échéance d'utilité publique, que là, il faut plus de moyens", estime Patrick Pelloux. 

Le médecin urgentiste estime aussi que la situation est trop dégradée à court terme : "Si on voulait recruter des dizaines de milliers d'infirmières on ne les aurait pas. Il y a plein de postes libres, mais environ 60.000 infirmières ont arrêté le métier tellement c'est fatiguantIl faut former 150 réanimateurs médicaux et pas 75 par an. On crée notre propre pénurie de soignants. On a raté le fait de donner des conditions hyper attractives pour faire revenir le personnel médical dans les hôpitaux." Enfin, Patrick Pelloux appelle à avoir "un vrai débat sur le système de santé public".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Patrick Pelloux Hôpitaux
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants