1 min de lecture Coronavirus

Covid-19 : Jean-Marie Bigard s'en prend violemment à Olivier Véran

Dans une vidéo publiée samedi 26 septembre, l'humoriste s'en prend au ministre de la Santé et aux restrictions mises en place pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Jean-Marie Bigard à Paris, en 2014.
Jean-Marie Bigard à Paris, en 2014. Crédit : JOEL SAGET / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

"Olivier Véreux". C'est le surnom que Jean-Marie Bigard donne à Olivier Véran dans une vidéo publiée sur ses réseaux sociaux samedi 26 septembre. Dans celle-ci l'humoriste attaque le ministre de la Santé et la politique qu'il mène pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Jeudi, Olivier Véran a annoncé de nouvelles restrictions face à la multiplication des cas de coronavirus sur le territoire français. Ainsi à Marseille, bars et restaurants doivent complètement fermer leurs portes et à Paris, cette mesure s'applique à partir de 22h. "Comment on peut accepter un truc pareil ?" s'indigne Jean-Marie Bigard. Il déplore que les restaurateurs pâtissent de la situation, comme les artistes, et soient contraints de "sombrer un peu plus".

Les élus locaux eux-mêmes dénoncent des mesures incohérentes et prises unilatéralement. "Tu n'as pas compris que cette restriction est certainement celle de trop", s'emporte Jean-Marie Bigard qui, ces derniers mois, s'est impliqué en politique en soutenant publiquement le mouvement des "Gilets jaunes". "Français, Françaises je vous appelle vraiment à la désobéissance", conclut-il. Des mots qui rappellent ceux de Nicolas Bedos, qui, deux jours avant publiait un message similaire dans lequel il incitait la population à dire "stop".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Olivier Véran Jean-Marie Bigard
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants