1 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : vers un baby-boom post-Covid ?

VU DANS LA PRESSE - Le taux de reproduction serait en baisse dans les pays développés en raison de plusieurs facteurs.

Sur les 33 femmes enceintes suivies par les scientifiques chinois, 9% ont transmi le Covid-19 à leurs nouveaux-nés.
Sur les 33 femmes enceintes suivies par les scientifiques chinois, 9% ont transmi le Covid-19 à leurs nouveaux-nés. Crédit : Unsplash/freestocks.org
Chloé
Chloé Richard-Le Bris Journaliste

Le coronavirus affecterait le taux de reproduction : celui-ci serait en baisse. Si habituellement les époques marquées par un taux de mortalité en hausse, comme les périodes de famines, de guerres ou de pandémies, sont suivies d’un boom des natalités, cette fois-ci, avec le coronavirus, le taux de reproduction se réduirait dans les pays développés.

Le coronavirus touche davantage une tranche de la population relativement âgée, ainsi, comme le rapporte l’article de Futura Santé qui reprend une étude publiée par Science, face à une mortalité infantile faible, le besoin d’assurer une génération future n’est pas ressenti ici.

D’autres facteurs favoriseraient également sur la baisse de la natalité dans les pays développés, notamment la suspension temporaire de la PMA ou bien l’insécurité sanitaire et l'insécurité économique sur le long terme.

Plus de naissances dans les régions pauvres ?

Dans les pays en développement, la tendance inverse pourrait se produire avec un taux de reproduction qui remonterait. Faire des enfants pourrait assurer, notamment dans les régions pauvres, une main-d’oeuvre et la possibilité d’avoir un toit chez ses enfants pour les vieux jours.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Coronavirus France Épidémie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants