2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : pourquoi la farine est-elle devenue si rare à trouver ?

En trois semaines, la consommation de farine dans les foyers s'est envolée dans la plupart des pays où la population s'est retrouvée confinée et obligée de cuisiner à la maison.

De la farine (illustration)
De la farine (illustration) Crédit : DR
Photo Esther
Esther Serrajordia et AFP

Vous revenez de vos courses, étonné d'avoir trouvé les rayons de farine entièrement vides ? C'est normal. Depuis le début du confinement, l'heure est aux recettes de pain, gâteaux et autres gourmandises. Résultat, en France, les ventes ont plus que doublé (+147%) la semaine dernière par rapport à la même semaine l'an passé, selon l'Association nationale des industries agroalimentaires (Ania). La semaine précédente, elles avaient triplé (+229%).


Au Royaume-Uni, les achats de farine ont aussi doublé à quatre millions de paquets par semaine, selon l'association britannique des meuniers Nabim. Idem en Italie, où le principal syndicat agricole du pays, la Coldiretti, recensait un boom de 80% des achats au début du confinement.

En France, "la première motivation" de ces achats relève de "la précaution", estime Stéphane Dahmani, chef économiste à l'Ania: "Les ménages veulent limiter leurs sorties et réduire la fréquence d'achats extérieurs, y compris en boulangerie". "Certains ont même ressorti leur vieille machine à faire le pain", ajoute Lionel Deloingce, meunier en Normandie, en constatant des "ruptures brutales de stock" de farine dans de nombreux supermarchés.

Un virage à 180 degrés

Après des mois de débat sur la traçabilité des produits, leur origine, le sans-pesticide, sans OGM, ou le bio, ces razzias d'aliments longue durée et peu périssables, comme le riz ou les pâtes, représentent un virage de consommation à 180 degrés. "L'heure n'est plus à la montée en gamme, mais à se nourrir tout simplement" de "produits alimentaires de base, longue durée et sains", constate Stéphane Dahmani. 

À lire aussi
De l'hydroxychloroquine (illustration) épidémie
Coronavirus : l'OMS annonce la reprise des essais cliniques sur l'hydroxychloroquine

Un virage à 180 degrés qui a choqué les internautes, comme cette parisienne habitant le XVIIIème arrondissement. "Quand je pense qu'il y a à peine un mois, les trois-quarts des habitants du quartier étaient allergiques au gluten, y a un truc qui m'échappe", s'est-elle amusée sur Twitter. 

Des difficultés de réapprovisionnement

Si les rayons de farine de votre supermarché sont vides, c'est parce que la farine en paquet ne représente que 5 à 6% du marché français de la farine. Plus de la moitié des sachets sont importés, d'Allemagne ou d'Italie notamment. Des problèmes logistiques liés au ralentissement de l'activité industrielle depuis le début de l'épidémie, en matière d'emballage ou de transport, qui expliquent les difficultés de réapprovisionnement dans les supermarchés, selon les professionnels.

Pour les amateurs de gâteaux maison, pas de panique, la meunerie est déjà en train de regarnir les rayons, assure Jean-François Loiseau, président du syndicat de la meunerie française et de la coopérative Axéréal et, à ce titre, d'Axiane Meunerie. "Les quelques entreprises qui fabriquent de la farine en sachet font maintenant le travail d'usine en trois-huit", y compris le samedi", détaille-t-il, en saluant l'adaptation rapide des salariés qu'il a fallu protéger aussi contre le virus.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Confinement Économie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants