3 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus : non, un troisième confinement n'est pas encore fixé

FACT CHECKING - Une fausse note circulant sur Facebook assure qu'un nouveau confinement est prévu pour le mois de mars. Une autre explique qu'il est prévu de faire intervenir l'armée et d'annuler les dettes.

Micro générique Switch 245x300 Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Coronavirus : non, un troisième confinement n'est pas encore fixé Crédit Image : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Ryad Ouslimani

Prenons le temps d’aller voir ce qu’il se passe du côté des fausses informations. Ce vendredi 20 novembre, alors que l’on commence à parler de déconfinement, certaines publications virales annoncent déjà une troisième vague et les mesures qui seront prises pour l’endiguer. Il sera dit qu’en cas de nouvelles flambée de l’épidémie de Covid-19, le gouvernement ne sera pas pris au dépourvu, c’est ce qu’on nous dit.

Chez les fabricants d’intox, c’est la même chose, on refuse de se voir dépasser par une troisième vague, alors on pulvérise sur le sujet. Ainsi depuis début novembre, il y aurait eu une fuite concernant l’avenir de la France en temps de Covid. Il s'agit d'une dizaine de pages Facebook, et une viralité certaine des messages en commentaires, à propos d’un document à priori officiel (logo avec la devise française) et émanant de la Direction générale de la sécurité civile.

Dans ces supposés documents, on peut lire le texte suivant : "Le Conseil de Défense ayant statué pour un troisième confinement au 12/03/2021un climat contestataire ne saurait être admis avant le déconfinement du printemps 2021, sans quoi la campagne de vaccination massive ne pourra susciter un consentement populaire".  

Intriguant, certes, mais totalement faux. Contacté par l’AFP, la Direction générale de la sécurité civile explique que c’est un faux puisque la charte graphique ne correspond pas et surtout, elle s’occupe des secours en général, cela n’a rien à voir avec la vaccination. Donc si vous voyez ce document ne partagez pas, c’est un faux.

Annulation de la dette et de la propriété

À lire aussi
L'Église catholique (illustration) confinement
Reprise des messes : la jauge des 30 fidèles pas toujours respectée dans le Nord

Une autre rumeur fait son chemin aussi, et elle implique cette fois le Haut commissaire au plan. C’est assez étonnant de retrouver cette institution qui sent bon l’économie planifiée des années 1970 dans cette ambiance de fausses informations. Le Haut commissariat au plan a été relancé par décret le 1er septembre dernier avec à sa tête, François Bayrou

Sur un site d’information obscure, dissinews, une publication devenue virale sur Facebook présente une note venant prétendument du Haut commissariat au plan, avec ses prévisions pour 2021 disant ceci : "Troisième vague pour fin décembre, mutation du virus Covid-19 en Covid-21, rupture des stocks, déploiements des militaires dans toutes les métropoles, annulation de la dette des États et des dettes des citoyens. Donc l’individu perdrait la propriété de tout, propriété et actifs, pour toujours".

C’est costaud. Et on se dit que finalement c’était bien 2020. Surtout on voit que certains s’occupent bien pendant le confinement à faire des listes puisque tout ceci est faux. Contactée par l'AFP, l'institution dément avoir rédigé cette note, qui n'a "aucun fondement". De plus, de telles recommandations sur la politique à mener dans le mois à venir n'entrent absolument pas dans les missions du Haut Commissariat au Plan. Encore raté..

Une institution qui fait de la prospective

À la base de cette intox on retrouve un vraie note de ce service. Si cette institution n’est pas toujours la plus médiatisée, il faut bien le dire, le Haut commissariat au plan a pour mission de faire de la prospective, de s’interroger sur la France en 2050. Dans ce cadre, une note de 13 pages baptisée "Et si le Covid durait" a été publiée par ses soins le 28 octobre. Une note qui évoque bien la dette mais pas avec des mots si effrayants. On ne parle pas d’intervention militaire. Le Haut-commissariat au plan n’en parle pas, donc c'est suspect pour certains. Une zone 51 gouvernementale ? En fait non, c’est juste le Haut commissariat au plan. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Confinement Coronavirus
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants