2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : le porte-avions Charles de Gaulle a accosté à Toulon

50 cas de coronavirus ont été confirmés avec 66 militaires testés sur les 1.900 personnes présentes à bord du porte-avions Charles de Gaulle.

Le porte-avions Charles-de-Gaulle attendu au large de Toulon.
Le porte-avions Charles-de-Gaulle attendu au large de Toulon. Crédit : Hugo Amelin / RTL
Générique 1
Hugo Amelin et Chloé Richard-Le Bris

Opération inédite dimanche 12 avril pour l'armée avec un retour anticipé à Toulon du porte-avions nucléaire Charles-de-Gaulle pour cause de coronavirus à bord, et qui répartira pour un isolement sanitaire de deux semaines plus de 1.900 marins dans des sites du Sud de la France.

"Tout le monde sera testé", a indiqué dimanche Christine Ribbe, porte-parole de la préfecture maritime de Méditerranée. Les militaires, quelque 1.700 personnes qui servaient sur le Charles-de-Gaulle, et 200 de la frégate qui l'accompagnait, seront confinés pour un isolement sanitaire de deux semaines, sans contact avec leur famille, "sur des emprises militaires du Var et de la région".

"Selon mes dernières informations, il n'y avait pas d'aggravation", a précisé Christine Ribbe, de l'état de santé des 50 militaires testés positifs au coronavirus. Les militaires seront évacués de préférence par des "moyens nautiques" ainsi que par "bus, camions (et autres) véhicules" pour "éviter tout contact des marins avec l'extérieur".

L'origine de la contamination inconnue

Les marins testés positifs, ainsi que ceux qui présentent des symptômes seront "transférés vers des lieux dédiés", "en accord les services de santé des armées et l'hôpital militaire de Sainte-Anne", à Toulon. Ce n'est qu'à l'issue de la quarantaine sanitaire et de tests que les équipages du Charles-de-Gaulle, qui naviguait dans l'Atlantique, pourront rejoindre leurs foyers.

À lire aussi
Un vaccin (illustration) Coronavirus France
Coronavirus : ne pas se faire vacciner aura-t-il des conséquences sur notre vie ?

L'ensemble des bâtiments et aéronefs devrait aussi être désinfecté "pour leur permettre de recouvrer au plus tôt leur pleine capacité opérationnelle", selon le ministère des Armées. L'origine de la contamination du groupe aéronaval n'est pas encore connue. Il n'a pas été en contact avec un élément extérieur depuis une escale à Brest le 15 mars. Il s'est ainsi passé trois semaines avant l'apparition des premiers cas.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Épidémie Confinement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants