3 min de lecture Déchets

Coronavirus : l'explosion du plastique dans la crise sanitaire actuelle pose-t-elle problème ?

INVITÉ RTL- Avec la crise sanitaire actuelle, l’usage du plastique est monté en flèche. Stéphane Bruzaud, spécialiste du plastique et du bioplastique explique en quoi ce matériau présente de nombreuses qualités et que son recyclage est possible.

Yves Calvi_ 3 Minutes pour Comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Coronavirus : l'explosion du plastique dans la crise sanitaire actuelle pose-t-elle problème ? Crédit Image : Sergio Hanquet / Biosphoto | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
La rédaction de RTL édité par Sarah Rozenbaum

Depuis le 1er janvier dernier, la France marchait sur le chemin de la vertu en matière de diminution des emballages et du plastique à usage unique. Or, avec la crise du coronavirus, tout cela a explosé et l’usage lui-même du plastique est en train d’exploser.

Pour Stéphane Bruzaud, "le contexte actuel nous pousse à nous réinterroger sur la place des plastiques dans notre société. On a beaucoup pratiqué le plastique-bashing ces derniers mois, ces dernières années et de ce fait, on a eu tendance à oublier trop rapidement les principales propriétés des plastiques qui ont fait qu’on en a produit autant depuis 40 ou 50 ans."

Le plastique a largement libéré nos vies depuis une cinquantaine d’années mais depuis une dizaine d’années, pour des raisons écologistes, on s’inquiète de sa présence absolument partout et notamment dans nos océans. 

Il ne faut pourtant pas oublier au passage les qualités du plastique : "Les plastiques demeurent centraux dans nos vies du fait de leur légèreté, leur polyvalence, de leur coût raisonnable et ce qu’on redécouvre aujourd’hui, c’est leur caractère en termes d’inertie chimique et biologique et effectivement, toutes les demandes en termes de protections sanitaires dont on en a besoin aujourd’hui, des blouses, des masques, des chasubles, des charlottes qu’on utilise par millions dans nos hôpitaux… Pour ces applications-là, on est en train de générer une quantité de plastique qui est assez énorme mais qui me semble aujourd’hui indispensable pour traiter et pour traverser l’épisode qu’on est en train de traverser."

Il n'y a pas de réponse simple et unique au traitement des plastiques.

Stéphane Bruzaud, spécialiste du plastique
Partager la citation
À lire aussi
Un gendarme (illustration) faits divers
Essonne : il déverse des déchets en pleine nature, la maire les lui rend

Selon Stéphane Bruzaud, le plastique a fait montre de son efficacité lors de la crise sanitaire actuelle : "on voit bien en ce moment tout l’intérêt des plastiques pour se protéger sanitairement de l’attaque des virus que ce soit pour les professionnels ou pour les citoyens où aujourd’hui, on n’envisage pas de ne pas utiliser de plastique pour ce type de protections là. Il me semble difficile de n’aller que vers de la réutilisation puisqu’on a besoin d’une telle quantité de plastique à usage unique qu’il me semble difficile de s’en passer aujourd’hui."

Pour le spécialiste, le plastique a deux inconvénients majeurs : "sa matière première, le pétrole et sa stabilité dans le temps qui fait que lorsqu’on ne le collecte pas, lorsqu’on ne s’en débarrasse pas de manière vertueuse, il tend à persister des dizaines d’années voire quelques siècles dans nos environnements et en particulier, dans nos mers et nos océans."

Un problème de persistance complexe : "il n’y a pas de réponse simple et unique au traitement des plastiques. Pour continuer à s’attaquer à cette problématique des déchets plastique, plusieurs pistes, plusieurs initiatives peuvent être mises en œuvre pour tenter de réguler et éviter cette accumulation de déchets plastique."

Une sensibilisation du grand public est nécessaire

"Le critère essentiel reste la collecte. La collecte permet d’envisager ensuite soit le recyclage mécanique, transformer le plastique pour lui redonner une deuxième vie en fabriquant un nouvel objet mais ça peut aussi être la réutilisation ou encore la réduction parce qu’il y a des plastiques inutiles. Les industriels en particulier ont du travail à faire pour réduire la quantité de plastique utilisé", explique Stéphane Bruzaud.

Mais s'il est un critère qui peut faire évoluer de manière majeure le traitement du plastique, c'est l'éveil des consciences : "il faut éduquer, sensibiliser le grand public et faire appel au civisme des citoyens pour leur dire de traiter en fin d’utilisation correctement leurs déchets plastiques."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Déchets Écologie Pétrole
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants