3 min de lecture Enfants

Coronavirus et confinement : 8 questions que se posent les enfants (et les réponses)

TÉMOIGNAGES - Les enfants ne sont pas prêts de retourner à l'école et, en pleine crise sanitaire et confinés, ils se posent de nombreuses questions.

RTL Soir On Refait le monde - Sotto On refait le monde Thomas Sotto iTunes RSS
>
Coronavirus et confinement : 8 questions que se posent les enfants (et les réponses) Crédit Image : Thomas SAMSON / AFP | Crédit Média : Thomas Sotto | Durée : | Date : La page de l'émission
RTL Soir On Refait le monde - Sotto
Thomas Sotto édité par Youen Tanguy

Il y en a certains qui s’épanouissent dans le confinement et d'autres qui en profitent pour vaquer à différentes occupations. Mais globalement, le confinement perturbe les enfants. 
Et ils sont nombreux et nombreuses à se poser des questions : Est-ce que mon doudou peut me donner le coronavirus ? Puis-je faire un bisou à papa et maman ? Combien de temps ça va encore durer ?

Des questionnements qui peuvent rapidement prendre de l'ampleur. D'autant que nos bambins pourraient ne pas retourner à l'école avant au moins début mai. "On se prépare à tout. Le scénario privilégié est celui d'un retour en classe après les dernières vacances de printemps, le 4 mai, mais nous sommes évidemment tributaires de l'évolution de l'épidémie", a indiqué Jean-Michel Blanquer

Pour tenter d'y voir plus clair, RTL a interrogé le psychiatre et pédopsychiatre Gilles-Marie Valet.

1 - Etant donné que mes parents font la classe, peut-on râler sur eux ?

"D’une façon générale on a le droit de râler, mais pas de manquer de respect à ses parents. Une chose est sûre : la maitresse a des habitudes que n’aurons pas les parents. Mais en cette période exceptionnelle, c’est peut-être important de faire preuve de compréhension vis-à-vis des parents qui ne sont pas des professionnels de l’enseignement."

2 - Peut-on négocier avec les maîtresses pour avoir moins de devoirs ?

À lire aussi
La ville de Miami, désertée avant le passage de l'ouragan Irma, samedi 9 septembre 2017 États-Unis
Floride : une mère inculpée pour avoir tué son fils autiste de 9 ans

"Etant donné que les cours sont donnés par les parents, à la maison, on peut s’autoriser à être un peu plus souple sur les devoirs. Il faut comprendre que c'est à la fois difficile pour les parents qui doivent s’adapter et pour les enfants qui sont moins stimulés qu'en classe. A l'école, ils ont plus de facilités à se concentrer, à accepter les consignes. Mais dans la relation de 'duel' qui se créé à la maison, on est moins attentif et concentré. "

3 - Pourquoi a-t-on plus de mal à se concentrer chez soi qu’à l’école ?

"Dans notre univers du quotidien, dans notre intimité, il y a des sollicitations que l’on ne va pas avoir à l’école : on va se diriger vers le frigidaire, écouter la télé, ou se laisser déconcentrer par le petit frère qui joue. Naturellement, dans le cadre familial, notre esprit n’est pas porté à la concentration."

4 - Est-il normal d'avoir toujours faim ?

"Ce confinement modifie radicalement le mode de vie des enfants - ils sont coupés de l’école, de leurs amis, etc -. Cela génère de l'anxiété et l'alimentation peut permettre d'apaiser un peu les pulsions primaires. Mais manger peut aussi être un bon prétexte à couper une activité qui deviendrait un peu pénible, comme les devoirs. Il faut mettre des limites tout en étant attentif à ce que cette envie peut traduire."

5 - Combien de temps puis-je rester sur l’ordinateur ?

"Il ne faut pas modifier ses habitudes. Pour les adolescents notamment, les écrans sont à la fois des outils pédagogiques et des outils de jeu, d’évasion et de communication. Il convient donc de garder ses habitudes en terme de temps, mais peut-être de les différencier : avoir un temps avec les copains, un temps de jeu, etc. "

6 - Y’a-t-il des risques de dispute ?

"Le confinement peut favoriser l’augmentation des conflits car nous ne sommes pas habitués à vivre en permanence les uns sur les autres : on va être plus sensible aux défauts de l’autre et avoir besoin de plus de liberté. Le sentiment d’enfermement et les questions qu'il pose (combien de temps ça va durer, quels risques...) peuvent aussi favoriser les conflits.

Il convient de mettre en place de nouvelles habitudes, même transitoires. Chacun, même dans des petits logements, doit pouvoir identifier des lieux et des espaces d’intimité qui permettront d'avoir des moments où l’on peut se retrouver seul pour lire, échanger avec ses amis, etc. Il est important de s'accorder des moments pour souffler."

7 - Est-ce que je peux voir mon père si mes parents sont séparés ?

"Oui. Mais le confinement va souligner les différences de gestion du quotidien par les deux parents : 'papa fait mieux les devoirs que maman', etc. Il va aussi mettre en avant les difficultés que les parents parvenaient à cacher auparavant. Dans certains couples, l’école sert habituellement de lien et les parents n'ont pas à se croiser. Là, c'est obligatoire. Bref, tous les enfants ne vont pas être égaux dans cette situation et cela va ajouter au traumatisme."

8 - J'en ai marre, c'est trop long et mes amis me manquent

La perception du temps est radicalement différente pour les enfants et les adultes. Pour un enfant qui a vécu neuf ans : une semaine ou un mois lui paraîtra bien plus important que pour un adulte. Ils sont coupés de leurs habitudes et de leurs amis, sans aucune certitude que ça va s'arrêter un jour. Il est très important de leur dire que ça va reprendre, même si on ne sait pas quand."

La rédaction vous recommande

 

Lire la suite
Enfants Coronavirus École
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants