3 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : comment l'État peut-il relancer le tourisme français ?

ÉDITO - C'est l'un des secteurs contraint de rester fermé : le tourisme. L'État prépare un vaste plan pour soutenir les hôteliers, restaurateurs, loueurs d'appartements, ou encore campings.

L'Eco and You - Martial You L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Coronavirus : comment l'État peut-il relancer le tourisme français ? Crédit Image : Ludovic Marin / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Marie Zafimehy

Le tourisme, c'est l'un de nos rares champions du monde en économie : 90 millions de touristes étrangers par an (on espérait même toucher les 100 millions cette année), 9% de notre PIB c'est-à-dire que le tourisme pèse plus lourd économiquement que l'agriculture ou l'industrie automobile. Il fait travailler 2 millions de personnes et repose sur 235.000 PME et TPE. C'est pour ça que, jeudi 14 mai, un plan de sauvetage sera présenté lors d'un Comité Interministériel du Tourisme car le diagnostic vital du secteur est engagé.

Car c'est LE secteur qui est le plus fragilisé par le coronavirus : il est en quarantaine depuis février. Souvenez-vous de la réduction quasi-immédiate des vols aériens entre l'Asie et l'Europe - les touristes chinois étant celles et ceux qui dépensent le plus d'argent en vacances. Souvenez-vous des salons comme celui du mobile à Barcelone ou les Fashion Week de Paris et Milan. Premier entré et dernier sorti.

Résultat : à la mi-avril, toutes ces entreprises avaient déjà perdu 40% de leur chiffre d'affaire annuel. Plusieurs dizaines de milliards en 8 semaines et des mois de mai et juin qui sont d'ores et déjà sinistrés.

Un plan d'urgence avant l'été ?

Le plan d'urgence doit intervenir avant l'été si on veut sauver l'année 2020. Tout simplement parce qu'un tiers des recettes touristiques se font pendant l'été bien sûr. Vous avez à la fois un plan d'urgence qui est déjà enclenché si on est honnête. Et puis, vous avez un plan de relance qui doit intervenir très vite, cet été ou à la rentrée.

À lire aussi
Exemple d'un contrôle routier à la frontière franco-allemande. international
Confinement : bazar à la frontière franco-belge

Et là, la Caisse des Dépôts et Consignation (le banquier de l'État) va être à la manoeuvre via la Banque Publique d'Investissement et via la Banque des Territoires car la réponse sera avant tout locale. Les restaurateurs parisiens, par exemple, ont négocié de pouvoir continuer à toucher les aides de l'État en restant fermés cet été car ils savent qu'il n'y aura aucun touriste alors que la façade atlantique doit impérativement rouvrir.

Le tourisme bénéficie-t-il du Prêt Garanti de l'État ?

Proportionnellement, le tourisme bénéficie un peu plus du Prêt Garanti de l'État. Les professionnels du tourisme ont déjà touché 11,45% de prêts garantis alors qu'ils pèsent 9% du PIB. Et dans le cadre du plan d'urgence, il va y avoir des prêts régionaux spécifiques (garantis à 100%) qui seront proposés jeudi et des fonds d'aides financés par la Caisse des Dépôts et par les régions.

Par exemple, en PACA, vous avez un fonds de 45 millions d'euros qui permettent d'avancer 2.000, 5.000 ou 15.000 euros de trésorerie sur des petites structures. En tout, c'est une enveloppe globale de 200 millions qui sera destinée à des PME. Et puis, il y a une multitude de petites actions qui vont voir le jour dans les prochaines semaines.
 
La Caisse des Dépôts va aider les associations sur lesquelles on comptera cet été comme l'UCPA ou VVF en suspendant les loyers. Car la caisse est propriétaire de nombreux sites qu'elle loue à ces associations. Elle va aussi aider les petits châteaux des bords de Loire à ouvrir leurs jardins.

Comment se passera le plan de relance ?

Il y aura un renforcement du capital des entreprises du tourisme. Là, l'État deviendra actionnaire des sociétés (grosses ou plus petites). Cette fois, c'est pour permettre de financer des investissements et constituer des champions régionaux.
 
Cette crise peut amener le secteur à se moderniser. On va encourager par exemple les hôteliers-restaurateurs de la région Centre-Val de Loire qui se fournissent en circuit court et font travailler l'agriculture locale : ils vont toucher 10% d'argent en plus de la part de la Caisse des Dépôts.
 
On va aussi essayer de mettre sur pied une application Tourisme France pour contrecarrer l'emprise de Tripadvisor, Booking et AirBnb. La crise pourrait permettre finalement au tourisme de reprendre la main.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Confinement Tourisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants