2 min de lecture Automobile

Coronavirus : comment bien désinfecter son véhicule ?

La société marseillaise Cosmeticar a mis au point un process de désinfection à l'ozone qui élimine bactéries et virus, dont le coronavirus. Une désinfection gratuite de leurs véhicules est offerte soignants.

Un homme désinfecte son taxi en Suède.
Un homme désinfecte son taxi en Suède. Crédit : Jonathan NACKSTRAND / AFP
Sarah Ugolini
Sarah Ugolini

C'est un processus de désinfection de véhicules unique. Il y a plus d'un an, bien avant l'apparition du coronavirus, la société marseillaise CosmétiCar a inventé un système de désinfection des voitures à l'ozone. 

Un processus qui, comme le rapporte Le Parisien, élimine bactéries et virus, dont le coronavirus. Une efficacité qui s'appuie sur l'étude du laboratoire méditerranéen de biologie de Cabriès, dans les Bouches-du-Rhône. Forte de l'efficience de son procédé de nettoyage, la société a décidé, via ses agences réparties sur tout le territoire, d'offrir cette désinfection de véhicule sur justificatif aux soignants, et à domicile. L'entreprise ne facture ainsi que les 40 euros du nettoyage intérieur préalable nécessaire.

En pratique, "chaque agence est équipée d'une machine à ozone autonome que nous activons à l'intérieur des véhicules fermés durant une demi-heure", explique au Parisien Florian Benoit, fondateur et PDG de la société CosmétiCar. La machine va "aspirer l'oxygène et expulser du trioxygène qui détruit virus et bactéries présents dans l'habitacle". 

Renouveler le processus au moins tous les 15 jours

Le directeur de la société prévient néanmoins que le "produit est très toxique" et qu'il est donc indispensable d'"aérer au moins un quart d'heure" le véhicule après désinfection. Il précise en outre que pour que la désinfection soit réellement "efficace, il faut renouveler le processus au moins tous les quinze jours". 

À lire aussi
Une voiture passe devant un radar (illustration) Var
Var : un radar fou provoque la colère les automobilistes

En 2017, une étude menée par CosmétiCar avait montré par exemple qu'un volant contient dix fois plus de bactéries qu'une cuvette de toilettes publiques. Pendant cette crise sanitaire, la société marseillaise a ainsi souhaité "participer à l'effort commun". Sa société désinfecte déjà véhicules de pompiers et de gendarmeries en temps normal.

Les pompiers utilisent un robot de décontamination

Dans les Bouches-du-Rhône, les pompiers utilisent par ailleurs Jacqueline, un robot de décontamination, qui tue les microbes présents dans une pièce grâce aux ultraviolets. Cinq exemplaires de ce robot, fabriqué par la société Américaine Xenex, ont été livrés en France la semaine dernière : quatre dans les hôpitaux parisiens, le cinquième chez les pompiers des Bouches-du-Rhône.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Automobile Coronavirus Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants