1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. DÉBAT - Coronavirus : a-t-on des raisons d’être optimiste ?
1 min de lecture

DÉBAT - Coronavirus : a-t-on des raisons d’être optimiste ?

Bruno Megarbane, chef du service de réanimation à l'hôpital Lariboisière à Paris et Pascal Crépey, épidémiologiste à l’École des hautes études en santé publique, évoquent ce qui nous attend.

Le variant Omicron se propage progressivement dans le monde
Le variant Omicron se propage progressivement dans le monde
Crédit : JOHN THYS / AFP
DÉBAT - Coronavirus : a-t-on des raisons d'être optimiste ?
09:02
Evolution de l'épidémie de COVID, va-t-on pouvoir se relacher? A-t-on des raisons d'être optimiste?
09:02
Yves Calvi_
Yves Calvi - édité par Thibault Nadal

Plusieurs chiffres le confirment en France et en Europe. La vague Omicron aurait tendance une fois passée à provoquer une amélioration de la situation sanitaire. 

Des faits confirmés par Bruno Megarbane, chef du service de réanimation à l'hôpital Lariboisière à Paris. Dans son hôpital, la majorité des patients en réanimation ont été infectés "depuis plusieurs semaines par le variant Delta". Même s'il concède "une augmentation des entrées à l'hôpital des patients Covid, Bruno Megarbane explique que "la vague de contaminations ralentit en terme de vitesse de propagation", avant d'affirmer que le pic de la vague Omicron sera atteint d'ici "dix jours''. 

A-t-on des raisons d’être optimiste ? "Oui", selon Bruno Megarbane. "On a des données expérimentales et observationnelles sur la population pour dire qu'Omicron est moins dangereux. Concrètement, les infections se traduisent par 1% d'hospitalisation, ce qui n'était pas le cas des autres variants ou c'était 2 à 3x supérieur".

En se basant sur l'exemple espagnol, pays avec une meilleure couverture vaccinale que la France, Pascal Crépey, épidémiologiste à l’École des hautes études en santé publique, aimerait mettre le paquet "sur la vaccination, qui permet de réduire les formes graves"

À lire aussi

À la question "va-t-on apprendre à vivre avec le virus ?" Bruno Megarbane répond une nouvelle fois par l'affirmative et espère que les nouveaux variants "seront de type Omicron, c'est-à-dire moins dangereux".

La rédaction vous recommande

 

À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/