2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : à quoi les cours vont-ils ressembler avec la fermeture des écoles ?

La fermeture des établissements scolaires ne rime pas avec vacances. Pour Jean-Michel Blanquer, une continuité pédagogique doit être maintenue.

Calvi-245x300 RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Coronavirus : à quoi les cours vont-ils ressembler ? Crédit Image : JACQUES DEMARTHON / AFP | Crédit Média : Marie Guerrier / RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Marie Guerrier
Marie Guerrier édité par Chloé Richard-Le Bris

La pire crise sanitaire depuis un siècle, depuis la grippe espagnole de 1919 qui avait touché à l'époque un tiers de la population mondiale. Emmanuel Macron a annoncé des mesures à la hauteur de l'urgence créée par le coronavirus. L'une des plus spectaculaires est sans doute celle qui aura, dans les semaines à venir, le plus d'impact : la fermeture des crèches et de tous les établissements scolaires dès lundi 16 mars.

Il y avait déjà 420.000 élèves privés d'école dans les foyers de contamination, on va passer à 12 millions d'élèves qui n'iront plus en classe, de la maternelle à la terminale, et puis, il y a aussi 2,7 millions d'étudiants.

Juste après l'intervention du président, jeudi 12 mars au soir, Jean-Michel Blanquer s'exprimait : "J'insiste sur ce point : la période qui s'ouvre n'est pas une période où les enfants ne doivent pas travailler." Le message est clair, ce ne sont pas des vacances. Il va donc falloir assurer la continuité pédagogique en utilisant tous les outils à disposition. Dans les collèges et les lycées, il y a l'ENT, l'espace numérique de travail, qui relie déjà l'établissement aux familles. C'est comme une grosse boîte mail commune dans laquelle les enseignants peuvent déposer des documents, des cours, des exercices, des devoirs.

Les équipes pédagogiques incitées à organiser des classes virtuelles

Des profs ont aussi déjà créé des groupes avec leurs élèves sur des messageries partagées type WhatsApp. Et puis, les équipes pédagogiques sont fortement incitées à organiser des classes virtuelles, des cours en visioconférence en direct sur internet, en s'appuyant sur la plateforme mise à disposition par le CNED, le centre national d'enseignement à distance, où tout autre moyen technique équivalent.

À lire aussi
À partir du 1er novembre, les futurs allocataires de l'assurance chômage seront soumis à de nouvelles formules d'indemnisation. travail
Réforme de l'assurance chômage : des syndicalistes et parlementaires exigent son abandon

Ça ne va pas se faire évidemment dès lundi partout, les enseignants ne maîtrisent pas tous les outils numériques. Il va falloir organiser les emplois du temps virtuels des collégiens et des lycées pour rythmer leurs journées. Il leur sera aussi beaucoup demandé de travailler en autonomie. En primaire, impossible de laisser les élèves travailler seuls, il va falloir trouver d'autres moyens et ils devront forcément être aidés par d'autres adultes à la maison.

5% d'élèves, eux, ne peuvent pas se connecter. L'Éducation nationale va demander de l'aide aux collectivités locales pour fournir un équipement informatique à ceux qui n'en ont pas. Des écoles ont déjà réfléchi à fournir des fichiers de cours ou d'exercices format papier qu'il faudra aller chercher. Et puis, il est demandé aux chefs d'établissements de maintenir, par tous les moyens, le contact avec toutes les familles.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus École Collèges
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants