2 min de lecture Coronavirus

Appli StopCovid : "Toutes les données doivent être supprimées", indique la CNIL

INVITÉE RTL - Marie-Laure Denis, présidente de la CNIL, explique pourquoi il est essentiel de garder l'entièreté de l'anonymat, grâce à des informations pseudonymisées.

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
StopCovid : "À son terme, toutes les données doivent être supprimées", indique la présidente de la CNIL Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Marie Gingault

Mardi 28 avril, Édouard Philippe s’adressera aux députés pour dévoiler les contours du déconfinement progressif. L'Assemblée devra entre autre voter sur la question très sensible du traçage numérique. L’application StopCovid permettra, sur la base du volontariat, de savoir si on a a été en contact avec une personne atteinte du Covid-19.

"Cette application elle a pour objectif d'alerter les personnes qui l'ont téléchargée qu'elles ont été en contact avec des personnes diagnostiquées positives et qui étaient détentrices d'un téléphone avec la même application", explique Marie-Laure Denis, présidente de la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés).

Pour ses créateurs, l'application StopCovid doit être "un des outils d'une stratégie de dépistage à grande échelle qui serait mise en place à l'occasion du déconfinement", souligne Marie-Laure Denis. Le but de cette application est de toucher davantage de monde, ce qui peut être très pratique pour les usagers des transports en commun. StopCovid devrait faire gagner du temps dans l'idée de "casser plus vite la chaîne de transmission du virus" précise-t-elle. 

Un usage bénévole et anonyme

Concrètement, si l'on croise une personne malade, nous recevons une notification nous l'indiquant. "Si vous téléchargez l'application vous stockez la liste pendant une durée limitée des téléphones que vous avez croisez, d'une façon pseudonymisée : ce ne sont pas des informations nominatives". La personne diagnostiquée positive aura un QRcode fourni par son laboratoire, afin que n'importe qui ne puisse pas indiquer qu'il est porteur du virus si ce n'est pas vrai. Si vous avez été à proximité d'une personne malade assez longtemps pour présenter un danger vous recevez donc une notification. Après, libre à chacun d'en faire ce qu'il veut, la prendre en compte ou non.

À lire aussi
Les touristes désertent les restaurants français. économie
Les infos de 5h - Réouverture des restaurants : "C'est un plan de sauvetage", estime l'UMIH du Bas-Rhin

La présidente de la CNIL précise bien que cette application ne peut pas "pister" ses usagers. "Ce ne sont pas des données de géolocalisation qui sont utilisées, qui permettraient de vous suivre vous, précisément, à telle heure ou tel endroit. Il n'y a pas de collecte d'un nom, d'un numéro téléphone ou d'une adresse mail par exemple, mais ce sont des données pseudonymisées, c'est une suite de chiffres correspondant à chaque téléphone, sans signification. Il n'y a pas de remonté de liste des personnes contaminées".

À son terme, toutes les données doivent être supprimées

Marie-Laure Denis
Partager la citation

La CNIL veille principalement à ce qu'il ne puisse pas y avoir de réidentification possible des personnes croisées. Les données sont stockées pour une donnée limitée, "le moins longtemps possible" indique la présidente de la CNIL, qui précise que celles-ci "ne sont
pas stockées de façon nominatives, mais une fois encore d'une façon pseudonymisée". "Votre téléphone quand il croise un autre téléphone, l'autre téléphone lui délivre une sorte de carte de visite mais pseudonimisée", pas de nom ni numéro de teléphone, ce qu'il faut c'est pouvoir retransmettre les informations.

L'un des principaux combat de la CNIL est de garder l'entièreté de l'anonymat. Faire en sorte qu'il ne soit pas possible de retrouver le nom de la personne derrière l'identité pseudonymisée. L'application StopCovid intervient dans le contexte inédit qu'est la pandémie de coronavirus. Le but n'est pas de garder son usage actif une fois la crise sanitaire terminée. "À son terme, toutes les données doivent être supprimées", souligne Marie-Laure Denis.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Confinement Application
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants