2 min de lecture Malaisie

Comment la production d’huile de palme menace les orangs-outangs

La production d’huile de palme entraîne une importante déforestation et réduit l’habitat des orangs-outans à Bornéo.

3 minutes pour comprendre - 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Comment la production d'huile de palme menace les orangs-outangs Crédit Image : BORIS ROESSLER / DPA / dpa Picture-Alliance | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Virgine Garin
Virginie Garin et Paul Véronique

L’huile de palme est utilisée dans le Nutella et dans de nombreux produits alimentaires. Mais elle sert aussi à remplir nos réservoirs. 75% de l'huile de palme importée en France est incorporée à du gazole. Un phénomène qui inquiète les protecteurs de l’environnement. En effet, la production d’huile de palme entraîne la déforestation.

Bornéo en Malaisie, est le plus grand exportateur mondial. Depuis l'avion c'est impressionnant, la Malaisie est un pays recouvert de palmiers, comme la canne à sucre a recouvert les Antilles. Vous roulez pendant des kilomètres avec des milliers de palmiers des deux côtés de la route. Pour les faire pousser à Bornéo, les producteurs ont déjà coupé 40% de la forêt. Il en reste quand même de petits bouts comme celle de Sukao, où se sont réfugiés des orangs-outans.

Marc Ancrenaz, un vétérinaire français, a créé la fondation Hutan, qui observe depuis 20 ans, les grands singes. Selon lui, l’espèce est en "danger critique", à cause de la déforestation, et la chasse pour leur viande. À Bornéo, 90 % des orangs-outangs ont déjà disparu. Marc Ancrenaz se bat pour replanter ou préserver dans les plantations des corridors de forêts, pour préserver leur écosystème. D’après lui, il faut convaincre les producteurs d’huile de palme de réintroduire des forêts pour que l’espèce puisse survivre.

De l’huile de palme dans le gazole

Mais pour les Malaisiens, le palmier est une mine d'or. C'est l'or vert, il fait vivre cinq millions de personnes, souvent très mal payées. Trois ou quatre euros par jour, mais il contribue au développement du pays. Ses grappes de fruits rouges sont pressés et fournissent une huile vendue dans le monde entier et de plus en plus pour la mélanger au gazole. D'ailleurs Total a prévu d'importer de Malaisie en France 300.000 tonnes d'huile de palme. Et ça inquiète l'organisation Greenpeace.

À lire aussi
La ministre malaisienne de l'environnement Yeo Bee Yin, devant des conteneurs de déchets à Port Klang, en Malaisie. pollution
Déchets renvoyés par la Malaisie à la France : une "question de dignité"

"L'huile de palme doit être réservée à l'alimentation, pas au carburant. C'est une idée insensée, il va falloir couper encore plus de forêts qui sont si importantes pour conserver le carbone et protéger le climat. Ce sera un désastre, il faut arrêter ça", alerte Grant Rosoman, porte-parole de Greenpeace en Asie.

Mais l'Union européenne pourrait dire stop dans les semaines qui viennent. Elle pourrait limiter, voire interdire l'huile de palme comme carburant. Car l'autre risque est que le palmier prenne la place de cultures alimentaires. En Malaisie, avant, on faisait du riz, puis les palmiers ont remplacé les rizières. Si le marché mondial se développe en Europe, en Inde et en Chine, la déforestation va continuer et menacer les derniers orangs-outans qui restent à Bornéo.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Malaisie Animaux Écologie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants