4 min de lecture La revue de presse

Commémorations, mariage princier, éclipse... ce qu'il ne faut pas manquer en 2018

La presse française a le regard pointé vers l'horizon en ce début d'année et dresse la liste des événements importants de 2018.

Isabelle Choquet La Revue de Presse Isabelle Choquet iTunes RSS
>
Commémorations, mariage princier, éclipse... ce qu'il ne faut pas manquer en 2018 Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Sophie Aurenche Journaliste RTL

Tous vos journaux, c’est simple, se projettent en 2018. Vous n’allez pas y échapper ce matin, que vous habitiez Lille, Marseille, Brest, Nancy ou Paris, tous vos quotidiens vous proposent des agendas de l’année à venir. Ils ne sont pas sortis la veille, 1er janvier oblige, ils se rattrapent donc ce 2 janvier. Le Progrès nous propose par exemple "cinquante événements à ne pas rater". 

De l’éclipse partielle de soleil aux élections en République Démocratique du Congo, en passant par le mariage du prince Harry, et le départ du Tour de France. La Provence met à l’honneur ceux qui vont marquer 2018. L’Ardennais liste tous les projets d’aménagement qui vont compter pour la région cette année. Et Le Courrier Picard se concentre sur tout ce qui va changer en France.

La France, championne de la commémoration

L’Opinion, qui aime bien les chiffes, s’intéresse aux années en huit. 2018 rime avec 1918, 1958, 1968… Toutes ces commémorations seront célébrées dans les mois à venir. La France aime regarder dans son propre rétroviseur. Le centenaire du 11 novembre 1918, la constitution de la Veme république, et les 50 ans de mai 68, sans oublier le centenaire de la mort de l’aviateur Roland Garros - qui n’était pas tennisman -, de Claude Debussy, ou de Guillaume Apollinaire. "La Flamme des commémorations, une passion française" résume La Croix, en titre.

Le kilo, un K compliqué

La Croix nous fait entrer dans les coulisses d’une révolution. Retenez la date ! Le 13 novembre prochain, la définition du kilogramme va changer. Je n’ai pas dit que vous allez perdre vos kilos, que votre balance allait changer votre poids, et que vous allez tous maigrir sans efforts. Non, nous parlons d’une révolution dans le monde la physique. Depuis des dizaines d’années, le kilo est défini par un objet matériel qui pèse un kilo. Ce grand K. Un petit cylindre de platine de la taille d’une balle de golf, conservé sous une triple cloche de verre dans un coffre-fort au Bureau international des poids et des mesures de Sèvres près de Paris. 

Il existe des copies dans le monde explique La Croix, mais problème : quand on sort le grand K, tous les cinquante ans environ, il est plus léger. Il perd environ cinquante microgrammes par siècle. De la matière s’est-elle évaporée ou alors sont-ce les copies qui s’alourdissent? Cela a peu d’incidence sur les régimes alimentaires mais pour la recherche fondamentale, la chimie, la pharmacie, c’est énorme. Insupportable même. 

À lire aussi
De la grêle (illustration) la revue de presse
Les chasseurs de grêle, ces hommes qui font la pluie et le beau temps

Du coup, les métrologues vont remplacer ce grand K par une mesure plus abstraite reposant sur la constante de Planck. Les spécialistes vont devoir se mettre d’accord, le 13 novembre prochain à Versailles. Rassurez-vous, votre kilo de patates pèsera toujours un kilo. Et si votre poids change, ce ne sera pas à cause de la constante de Planck ou du grand K mais parce que vous avez trop mangé, notamment de la mozzarella.

Touche pas à ma mozza

Je vous l’accorde, ce n’est pas un produit de saison. Mais la guerre fait rage en ce moment en Italie, nous annonce Le Figaro en Une. La guerre, le mot n’est pas trop fort. Imaginez: Rome vient d’accorder l’appellation d’origine contrôlée à une mozzarella fabriquée avec du lait de vache. Mamma mia ! Ceux qui font de la mozzarella, la vraie, avec du lait de bufflonne, s’étranglent. Ce produit est exclusif, son goût et sa texture sont unique. Mais le produit est beaucoup plus cher, car le lait de bufflonne est plus compliqué à produire. 

"Nous venons de prendre un but contre notre camp" s’insurge, dans une métaphore footballistique, le président des défenseurs de la vraie mozzarella. La lutte est féroce car le marché est porteur. 44.000 tonnes par an, une croissance de 31% en dix ans, des exportations qui explosent (+ 168%)… On comprend mieux les enjeux. En tout cas, lisez bien les étiquettes, vache ou bufflonne, et pas seulement pour connaître le poids, le grand K ou la constante de Planck.

Le chiffre 2, véritable numéro un?

Encore un chiffre, le dernier : le deux. Pour le 2 janvier, bien sûr. Libération a demandé à un mathématicien spécialiste de la théorie des nombres de se pencher sur le deux. Autant vous dire que je n’ai pas tout compris. C’est un peu conceptuel et on est le lendemain du 1er janvier. Mais je vous fais un petit résumé. 

Deux, en fait, c’est le premier. C’est le monarque absolu, le premier des nombres premiers. C’est la base de la logique binaire, oui-non. Le deux c’est la base de la société, puisque c’est le couple. Conclusion du chercheur Gérald Tenenbaum , mathématicien mais un brin philosophe : "si le premier est le jour des vœux, pourquoi ne pas faire du deuxième jour de l’année le jour d’eux. Le deux est généreux pas nature". Je vous laisse méditer.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La revue de presse
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants