1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Coeur artificiel : le quatrième et dernier essai se prépare avant une éventuelle commercialisation
1 min de lecture

Coeur artificiel : le quatrième et dernier essai se prépare avant une éventuelle commercialisation

REPLAY - Après l'arrêt du troisième cœur artificiel porté par un patient décédé vendredi dernier, un quatrième essai, prélude à une étude plus large, est en préparation.

Un coeur artificiel fabriqué par Carmat, à l'hôpital Georges-Pompidou à Paris, ici le 21 décembre 2013.
Un coeur artificiel fabriqué par Carmat, à l'hôpital Georges-Pompidou à Paris, ici le 21 décembre 2013.
Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Après le décès du troisième patient greffé d'un cœur artificiel, le quatrième et dernier essai se prépare
01:48
Odile Pouget & Julien Quelen

De battre le troisième cœur artificiel s'est arrêté. Le patient qui le portait, opéré le 8 avril dernier, est décédé vendredi dernier d'un arrêt respiratoire qui ne serait pas en lien avec la prothèse de la société française Carmat. L'homme avait en effet 74 ans et a vécu avec son cœur bio-artificiel un peu plus de huit mois avant d'être emporté en raison d'une insuffisance rénale chronique. 

Aucune défaillance de la machine, une prothèse hors de cause ; il n'est donc pas question pour Carmat d'interrompre l'aventure et un quatrième essai aura bien lieu dès que possible. Pour le professeur Christian Latrémouille, le chirurgien cardiaque qui a participé aux trois premières implantations, tous les objectifs ont été remplis. "Survie à 30 jours des patients avec un fonctionnement correct de la prothèse sur les 30 jours. Dans les trois cas on est largement au-delà des critères qui sont imposés, déclare ainsi le spécialiste au micro de RTL. D'un point de vue purement scientifique, c'est en soi déjà un succès". 

Bientôt la commercialisation ?

Un succès qui a permis à Carmat d'obtenir un assouplissement des critères pour recruter les malades, alors que les trois premiers patients n'avaient, eux, que quelques semaines à vivre. "En arrivant un petit peu plus tôt dans la maladie de l'insuffisance cardiaque terminale, on va pouvoir proposer ça à des patients un petit peu moins malades, donc de meilleures chances de succès", reprend le professeur. 

Un point capital pour ce dernier essai, prélude à une étude plus large avec une quinzaine de patients, pas seulement en France mais dans toute l'Europe avant une éventuelle commercialisation de ce cœur artificiel. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/