1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Code du travail : "D'autres secteurs pourraient se joindre aux routiers", annonce la CGT
2 min de lecture

Code du travail : "D'autres secteurs pourraient se joindre aux routiers", annonce la CGT

INVITÉ RTL - Fabrice Michaud, secrétaire général de la CGT des Transports, détaille le mouvement des routiers, qui ont prévu plusieurs actions ce lundi 25 septembre.

Routiers et patrons sont de retour à la table des discussions (illustration)
Routiers et patrons sont de retour à la table des discussions (illustration)
Crédit : BERTRAND LANGLOIS / AFP
Code du travail : "d'autres secteurs pourraient se joindre au mouvement des routiers"
04:31
Julien Sellier

Nouvelle mobilisation contre la réforme du Code du travail ce lundi 25 septembre. La CGT et Force Ouvrière sont à la barre de ce mouvement des routiers, qui pourrait être reconductible. Une cinquantaine de points de blocages étaient déjà annoncés ce lundi matin, dans toute la France. Dès l'aube, plusieurs actions étaient prévues, comme des opérations escargots ou les blocages de lieux stratégiques et notamment des bases logistiques et des dépôts de carburants. "On est dans une démarche globale de contestation des ordonnances, puisque toutes les professions et en particulier les routiers (...), la référence aux branches professionnelles et aux conventions collectives risque d'être mal menée", explique Fabrice Michaud, Secrétaire général de la CGT des Transports, qui bloque ce lundi matin le dépôt de carburants Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône).

Car ce qui inquiète les routiers dans ce projet de réforme, ce sont les accords d'entreprises et la permission de se passer des syndicats dans les petites structures, qui représentent 75% du secteur des routiers. Une journée d'actions forte pour cette branche donc, même si "l'idée n'est pas de créer la pénurie [de carburants], elle est de faire entendre la position des salariés. Malheureusement, on ne peut faire entendre nos voix que par des actions significatives puisque dans tout le débat qui a conduit à la rédaction des ordonnances, il n'y a eu que de la concertation et pas de la négociation", explique Fabrice Michaud.

Et de prévenir : "On s'inscrit dans une démarche reconductible et on décidera avec les salariés des suites à donner à ce mouvement". Les discussions entre les syndicats et le gouvernement au ministère du Travail, la semaine dernière, ont été une déception pour ces derniers. "Il peut y avoir une ouverture, mais pour l'instant, on est sur la dénonciation des ordonnances sur l'ensemble des professions (...). On est là pour travailler à la convergence, et d'autres secteurs professionnels pourraient se joindre au mouvement des routiers dans les prochaines semaines", annonce Fabrice Michaud.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/