1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Climat : les nappes phréatiques seraient victimes du réchauffement
1 min de lecture

Climat : les nappes phréatiques seraient victimes du réchauffement

Le réapprovisionnement de ces ressources d'eaux naturelles pourraient être impactées durablement pour les "générations futures", selon une étude.

La pluie a permis de recharger certaines nappes
La pluie a permis de recharger certaines nappes
Crédit : AFP/Archives, Joel Saget
Thomas Pierre & AFP

Les nappes phréatiques ne sont pas épargnées par le changement climatique. Leur alimentation risquerait même de poser des problèmes aux "générations futures", selon une étude publiée lundi, qui parle d'une "bombe à retardement". 

En effet, deux milliards de personnes sont dépendantes de ces réserves d'eaux naturelles situées sous terre, et principales sources d'eau potable de la planète. 

Se "rechargeant" grâce aux précipitations et trouvant un juste équilibre en se déversant dans les lacs, les rivières ou les océans, ces ressources naturelles sont de plus en plus sollicitées par l'explosion démographique mondiale et la production agricole, avertit cette étude publiée dans la revue Nature.

"Les eaux souterraines, on ne les voit pas et on n'y pense pas. Mais cette immense ressource cachée soutient la production alimentaire mondiale", explique Mark Cuthbert, de l'Université de Cardiff. 

Le réchauffement climatique en cause

À écouter aussi

D'autres facteurs, météorologiques cette fois, pourraient aggraver ce phénomène. Les sécheresses et les pluies violentes, liées au réchauffement climatique, pourraient ainsi avoir un impact à long terme sur le réapprovisionnement des nappes

Le chercheur estime dès lors que d'ici 100 ans, seule la moitié des réserves d'eaux souterraines pourrait se recharger totalement ou se rééquilibrer. Ce qui pourrait provoquer des pénuries dans les lieux les plus secs. 

"Certaines parties des nappes phréatiques sous le Sahara réagissent aujourd'hui au changement climatique d'il y a 10.000 ans, quand la région était beaucoup plus humide", explique-t-il.

Selon Mark Cuthbert, les réserves souterraines des zones arides mettent en effet plus longtemps, parfois des millénaires, à réagir aux changements climatiques que celles des zones plus humides.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.