2 min de lecture Coronavirus

Cinéma : "Ouvrir est plus compliqué que de fermer" pour Nathanaël Karmitz

INVITÉ RTL - Nathanaël Karmitz, le président du directoire du groupe MK2 a détaillé les mesures sanitaires prévues pour la réouverture des salles obscures, le 22 juin prochain.

fallait l'inviter- L'Entretien du Jour Thomas Sotto
>
Cinéma : "Ouvrir est plus compliqué que de fermer" pour Nathanaël Karmitz Crédit Image : LIONEL BONAVENTURE / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
245-PARIZOT
Vincent Parizot édité par Camille Sarazin

Bonne nouvelle pour les amateurs de cinéma : les salles obscures vont pouvoir rouvrir à partir du 22 juin, avec des mesures sanitaires renforcées. 

Mais "ouvrir est plus compliqué que de fermer", affirme Nathanaël Karmitz, le président du directoire du groupe MK2, au micro de RTL. Le protocole sanitaire a été validé hier, mercredi 3 juin, par le ministère de la Santé. 47 pages au total. 

La mesure phare : un siège entre chaque personne, sauf si on vient à plusieurs, "jusqu'à dix personnes", précise Nathanaël Karmitz. Mais également obligation de porter le masque "dans les espaces communs", même s'"il n'est pas obligatoire dans les salles de cinéma". 

Tout a été pensé pour limiter les risques : "il y aura du gel évidemment à chaque point clef, les portes seront ouvertes sur tout le parcours, il y aura un vrai parcours sans contact complet pour aller jusqu'à son fauteuil, des vitres en plexi pour éviter les contacts avec les salariés, des points de contrôle avec masque et distanciation", détaille Nathanaël Karmitz. 

À lire aussi
Un panneau "à vendre" de l'agence immobilière Century 21. (Illustration) société
Immobilier : "Il ne faut pas se jeter dans la propriété", prévient le président de Century 21

Autre changement, "les horaires vont être plus étalés pour éviter les croisements" devant le cinéma et entre les salles. "Il y a des petites choses qui vont changer mais l'expérience en elle-même pourra se faire complètement sans contact et en sécurité", résume-t-il, avant de préciser : "On pourra tout à fait prendre du pop-corn". Nous voilà rassurés. 

Une réouverture peu rentable

Un seul point cloche pour les gérants de cinéma : la jauge d'occupation maximale des salles a été fixée à 50% par le gouvernement. "À long terme ce n'est pas tenable", explique le président du directoire du groupe MK2. "Il n'y a pas moyen de se réinventer, nos charges fixes ne bougent pas."

Pour lui, si la distanciation physique a été abandonnée dans les trains, il n'y a aucune raison qu'elle soit appliquée dans les salles obscures. "La salle de cinéma est un lieu plus sûr que le Paris-Marseille", assure-t-il. Nathanaël Karmitz espère que la situation évoluera "très rapidement".

Les spectateurs seront-ils au rendez-vous ?

Une chose est sûre, pour Nathanaël Karmitz, les spectateurs seront là le 22 juin. "Il y a un amour du cinéma chez les Français encore très présent, explique-t-il. C'est un loisir qui manque réellement aux gens."

"Par ailleurs il va y avoir beaucoup de films", précise-t-il, même si "la semaine du 22 juin va être un peu particulière". La priorité sera donnée aux films qui étaient en salle au moment du confinement. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Cinéma Confinement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants