2 min de lecture Environnement

Châteauneuf-sur-Loire : la solidarité comme nouveau modèle de société

REPORTAGE - À Châteauneuf-sur-Loire, un collectif de citoyens a crée une maison de la Transition. Les bénévoles proposent un nouveau modèle de société.

micro générique Vous êtes comme ça La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Châteauneuf-sur-Loire : la solidarité comme nouveau modèle de société Crédit Image : Gautier Delhon-Bugard / RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Gautier Delhon-Bugard édité par Venantia Petillault

Dans ce lieu associatif ouvert il y a deux ans, les bénévoles proposent de nouveaux modes de vies alternatifs, plus écolos, moins dépendants des énergies fossiles. Un concept qui séduit dans la région et qui fait même revenir les citadins dans les campagnes.


Les quelques rayons de soleil attirent les habitués en terrasse. Le café chaud fume sur les tables, le journal grand ouvert pour certains, une cigarette à la main pour d'autres. Le bar de la Baleine est pourtant loin d'être une brasserie traditionnelleDans ce café tout est 100% local et bio.

Il faut adhérer à l'association Châteauneuf en Transition, Robert, nous accueille au comptoir. À 68 ans, cet ancien patron de bar, est sorti de sa retraite pour tenir le café et son comptoir, une sorte d'accueil de l'association, qui propose aussi des concerts et des expositions. 

"Notre modèle ne fonctionne plus"

Robert reçoit les adhérents et informe les habitants de Châteauneuf-sur-Loire : ici on prône un nouveau modèle de société avec de nouveaux modes de consommation. Une fois par semaine, un maraîcher vient par exemple vendre ses produits, juste à côté du bureau de change de la monnaie locale. Le concept attire de plus en plus dans le village et ses alentours. En seulement quelques années, on est passé d'une dizaine d'adhérents à plus de 900 aujourd'hui.

Jeannette Thévard, 73 ans et son fils Benoît sont les co-fondateurs de l'association. Il y a quelques années, Benoît, ingénieur formé à l'école des Mines quitte son poste chez Airbus à Toulouse : "Je travaillais 8h par jour dans une entreprise qui augmentait les gaz à effet de serre et qui consommait énormément d'énergie. À un moment j'ai dit stop. J'ai repris les études dans l'énergie. Personne ne peut nier les conséquences du réchauffement climatique, ici La Loire est à sec en été. On se rend donc compte que notre modèle ne fonctionne plus, on propose donc un nouveau projet de société dans ce lieu."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Changement climatique Consommation
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants