1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Charlie Hebdo : le patron du GIGN veut "s'adapter" à la menace d'un terrorisme "low-tech"
2 min de lecture

Charlie Hebdo : le patron du GIGN veut "s'adapter" à la menace d'un terrorisme "low-tech"

REPLAY - Le colonel Bonneau se sert de l'attentat des frères Kouachi pour améliorer les réponses apportées à la nouvelle menace terroriste.

Les forces du GIGN sur le toit de l'imprimerie de Dammartin-en-Goêle, où s'étaient réfugiés les frères Kouachi
Les forces du GIGN sur le toit de l'imprimerie de Dammartin-en-Goêle, où s'étaient réfugiés les frères Kouachi
Charlie Hebdo : le patron du GIGN veut "s'adapter" à la menace d'un terrorisme "low-tech"
01:34
Julien Quelen
Julien Quelen

Pour le patron du GIGN, il y aura bien un avant et un après Dammartin-en-Goële, la commune où s'étaient réfugiés les frères Kouachi avant d'être tués par les commandos armés français. Dans l'imprimerie qui avait été le théâtre de l'assaut mené par les forces délite, l'expression d'un nouveau terrorisme auquel les forces de l'ordre n'étaient pas tout à fait préparées a fait avancer leur réflexion sur les réponses à apporter dans de telles situations. 

"On y repense souvent pour améliorer les choses en interne, c'est-à-dire pour nous améliorer d'un point de vue technique ou tactique.On est véritablement inscrit dans ce que l'on appelle nous la guerre du temps, par rapport à ces actions qui sont pas nature soudaines, non programmées, il faut qu'on soit capable de s'adapter immédiatement, d'apporter une réponse, y compris sur des modes d'action qui pour nous ne sont pas tout à fait naturels", explique ainsi le colonel Bonneau au micro de RTL

Un terrorisme moderne sans technologie

Dans un ère moderne où les armes technologiques sont souvent utilisées pour le combat, la menace terroriste qui sévit aujourd'hui en France revêt un caractère plus archaïque et plus spontané qui pose problème. Pour le patron du GIGN, ces méthodes, couplées à une féroce volonté d'être sacrifiés sur l'autel du jihad, font de ces terroristes des dangers qu'il est extrêmement difficile de contrôler

On a face à nous des gens qui utilisent peu de moyens (...) C'est ce que l'on a appelé un terrorisme "low-tech", "low-cost"

Colonel Bonneau, patron du GIGN

"ll faut qu'on soit en mesure d'engager des moyens sur plusieurs points de façon simultanée. Aujourd'hui, on a face à nous des gens qui utilisent en fait peu de moyens, peu de technique. C'est ce que l'on a appelé un terrorisme "low-tech", low-cost. Quelques kalachnikovs, des armes de poing. On a des gens qui sont jusqu’au-boutistes, qui sont extrémistes, qui vont commettre des massacres et pour eux la seule issue possible est la mort", explique-t-il. 

À lire aussi

Pour faire face à ce terrorisme dissimulé, les forces du GIGN doivent désormais trouver un moyen d'agir rapidement et de manière adéquate par rapport à un phénomène nouveau. "On est face à des gens qui sont extrêmement déterminés, qui ne sont pas des fous, donc c'est effectivement quelque chose de nouveau pour nous. Il faut qu'on puisse s'adapter et apporter les réponses les plus justes par rapport aux menaces", conclut-il ainsi pour RTL

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/