1 min de lecture Économie

Camille Gras, orfèvre : "Mes outils ont en moyenne plus de 100 ans"

Dans son atelier Camille Orfèvre, installé dans le XIe arrondissement de Paris, cet artisan fabrique, restaure et conçoit des objets en argent ou argentés.

micro generique La France et ses artisans Armelle Levy
>
Camille Gras, orfèvre : "Mes outils ont en moyenne plus de 100 ans" Crédit Image : RTL / Armelle Lévy | Crédit Média : Armelle Levy | Durée : | Date : La page de l'émission
Armelle Levy
Armelle Levy et Loïc Farge

L'atelier de Camille Gras se situe dans un bâtiment typique, au cœur de l'ancien quartier des orfèvres de la capitale. Avec le même souci du détail et de finesse qu'autrefois, il restaure, conçoit ou réalise des pièces d'orfèvrerie en argent massif ou en métal argenté. Tout ce qui est pièce unique et cadeau unique pour un événement, comme un seau à Champagne ou un service à thé.

À 34 ans, Camille est orfèvre depuis près de quinze ans. Depuis cinq ans, il s'est mis à son compte. Il restaure ou fabrique sur commande, donc pour les particuliers, les architectes, les créateurs, les plus grandes maisons de luxe mais aussi pour les églises, les musées. Visiter l’atelier Camille Orfèvre est un véritable voyage dans le temps, car il travaille encore avec certaines machines et outils utilisées depuis des siècles.

"On travaille toujours à froid. On chauffe le métal, mais on ne le travaille jamais à chaud, contrairement au forgeron", explique-t-il. Son outillage a "en général une bonne moyenne de plus d'un siècle", dit-il avec un certaine fierté. "On n'en trouve plus, donc on se les refile les uns aux autres", confie celui qui a bien conscience d'exercer "un métier en voie de disparition".

Une pièce fabriquée par Camille Orfèvre
Une pièce fabriquée par Camille Orfèvre Crédit : RTL / Armelle Lévy

Diplômé de l'école Boulle, Camille s’est formé à ce savoir-faire millénaire à Florence et à Paris, deux villes qui jouissent d’une réputation mondiale en matière de joaillerie et d’orfèvrerie. Mais un orfèvre n'est pas un bijoutier. "Le bijoutier ne va faire que des objets d’apparat, alors que l'orfèvre va faire des objets beaucoup plus gros", expose notre artisan. "Pour beaucoup de choses on a des outils et des techniques similaires, sauf que nous nous avons tout adapté en plus grand", poursuit-il.

À lire aussi
société
Délinquance : la France fait face à une guerre des gangs

Camille a toujours rêvé d'être orfèvre. Vous pourrez venir voir le voir travailler dans son atelier dans le cadre des Journées européennes des métiers d'art. Ses portes vous seront ouvertes du 31 mars au 2 avril prochain.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Made in France Artisanat
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants