2 min de lecture Police

Caméras-piétons, LBD ... quels changements dans la police et le maintien de l'ordre ?

Le ministère de l'Intérieur livre son nouveau "schéma national du maintien de l'ordre". L'usage de certaines armes en ressort modifié, tout comme les sommations lors de manifestations.

Un uniforme de police (illustration)
Un uniforme de police (illustration) Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Victor
Victor Goury-Laffont Journaliste

Alors que des critiques de plus en plus nombreuses se sont fait entendre quant à la stratégie de maintien de l'ordre, notamment dans le cadre de manifestations, certains changements sont annoncés pour les semaines et mois à venir dans le "schéma national du maintien de l'ordre" publié le 17 septembre. 

Avant même la publication de ce texte, Gérald Darmanin avait annoncé que le port de caméras-piétons serait généralisé d'ici à juillet 2021. 15 millions d'euros ont été investis pour l'achat de 30.000 de ces appareils, qui permettent aux policiers d'enregistrer leurs opérations. 

Pour le ministre de l'Intérieur, il s'agit de rééquilibrer les rapports de force, et offrir une "contextualisation" aux vidéos d'interventions publiées sur les réseaux sociaux.

L'usage des "lanceurs de balles de défense" (LBD), décrié pendant les manifestations des gilets jaunes, sera désormais encadré plus strictement. "Hors le cas de la légitime défense", un superviseur assistera désormais les tireurs pendant les opérations de maintien de l'ordre. 

Des sommations "plus explicites"

À lire aussi
Un agent de la police nationale (illustration) police
Policier renversé en Essonne : le principal suspect en rétention

Niveau armement toujours, l'actuel modèle de grenade de désencerclement, une arme que la France est le seul pays européen à utiliser contre des mouvements de foule, sera remplacé par "un modèle plus récent moins vulnérant".

Le ministre de l'Intérieur modifie aussi les sommations, les avertissements avant de recourir à l'usage de la force. L'objectif est d'exprimer "plus explicitement ce qui est attendu de la part des manifestants", précisant par exemple à chaque appel qu'il faut quitter "immédiatement les lieux".

Du changement, mais trop peu au goût de l'organisation de défense des droits humains Amnesty International. "On ne s’engage pas dans une approche de désescalade en présentant de nouvelles grenades et en maintenant l’usage du LBD, pas plus qu’on n’établi un dialogue en modifiant les sommations à l’adresse des manifestants", explique sa présidente Cécile Coudriou dans un communiqué.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Police Manifestations Ministère de l'Intérieur
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants