3 min de lecture Santé

Bœuf contaminé à la tuberculose : vers un nouveau scandale sanitaire ?

REPLAY - "Le Canard Enchaîné" révèle ce mercredi 25 octobre que 3.000 tonnes de viande contaminée seraient vendues dans les supermarchés.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Bœuf contaminé à la tuberculose : vers un nouveau scandale sanitaire ? Crédit Image : AFP / Archives, Jean-Sébastien Évrard | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Bégot

Scandale dans la presse ce matin. Avec d'abord, peut-être un nouveau scandale alimentaire : du bœuf contaminé à la tuberculose en supermarché. C'est Le Canard Enchainé qui révèle ce matin l'information. "La vache qui tousse dans nos assiettes", titre le journal satyrique.
Chaque année, plus de 3.000 tonnes de viande seraient concernées - soit 8.000 vaches - et seraient ainsi vendues dans les rayons de nos magasins, en toute légalité.

Les autorités sanitaires autorisent en effet cette pratique qui peut paraître étonnante, à condition que les organes les plus infectés, le rein ou le foie par exemple, soient détruits à l'abattage. Il n'y a aucun risque, d'après un responsable de la direction générale de l'alimentation qui précise que "depuis plus de trente ans en France, personne n'a attrapé la tuberculose en mangeant du bœuf". Vrai, reconnaît Le Canard, qui note toutefois que le consommateur pourrait avoir le droit d’être informé.

Derrière tout cela : une histoire de gros sous, dit l’hebdomadaire, qui s'est procuré des factures auprès de plusieurs élevages. Le kilo de carcasse, habituellement payé 3,5 euros, peut tomber à 1,5 euro. Le prix affiché en rayon en revanche, toujours d'après Le Canard Enchaîné, ne bouge pas.

Le scandale du glyphosate

Les États membres de l'Union européenne doivent trancher ce mercredi : prolonger ou pas l'autorisation de ce pesticide. "La bataille fait rage en Europe" titre Le Figaro. "L'Union européenne sous pression", ça, c'est la Une de La Voix du Nord. L'Europe est à la traîne en la matière, si l'on en croit Libération, qui consacre ce matin pas moins de six pages à la question. Un certain nombre de pays ont en effet déjà interdit le glyphosate, qui reste malgré tout l'herbicide le plus utilisé sur la planète.

À lire aussi
Changement d'heure : quels appareils doivent être réglés dimanche 31 mars ? changement d'heure
Changement d'heure : quels sont les appareils à mettre à jour manuellement ?

C'est notamment le cas du Sri Lanka. Ce grand producteur de thé et de riz a été en 2015 le premier pays à interdire le glyphosate, et ce, malgré la pression de Monsanto. Une interdiction décrétée, explique Libé, par le Président lui-même face à un nombre croissant de cas de maladie rénale. Dans les régions du nord, 15% de la population en âge de travailler serait touchée, d'après Marie Monique Robin, auteur du live Le Roundup face à ses juges.

Le premier cas a été identifié en 1994. Puis, à partir des années 2000, c'est devenu une épidémie. "Là-bas, ajoute-t-elle, le glyphosate aurait fait 20.000 morts". D'autres pays, comme l'Inde, le Nicaragua , le Salvador ou le Costa Rica, ont eux aussi interdit le pesticide pour les mêmes raisons, mais seulement dans certaines régions, là où l'on cultive notamment le riz ou la canne à sucre.

Le nombre de chômeurs diminue

À retrouver également ce mercredi dans vos journaux, cette embellie sur le front du chômage. "Si le bon score de septembre devait se confirmer sur le même rythme, le " président des riches" pourrait revendiquer le titre de président de l'emploi, commente Patrice Chabanet dans un édito paru dans le Journal de la Haute-Marne, qui note tout même qu'il a "encore du boulot...". Du boulot certes, mais les indicateurs sont encourageants si l'on en croit Le Figaro, qui publie les prévisions de l'Apec, l'Association pour l'emploi des cadres.

"Le niveau de confiance des entreprises restera solide", est-il expliqué. 55% d'entre elles prévoient de recruter au moins un cadre au quatrième trimestre, 7 sur 10 sont certaines de ces embauches et dans un peu moins d'un cas sur deux il s'agit de faire face au turn-over, aux départs en retraite. Toutefois, 26% des entreprises recrutent aussi en raison du développement de l'activité.

À Lyon, une affiche anti-pipi fait scandale

C'est très sérieux, et c'est la Une ce matin du journal local Le Bien Public. Sur des affichettes roses installées un peu partout dans les parkings de la ville, on y voit un bonhomme debout, en train d'urine. Une caméra le surplombe et une flèche de destination fait comprendre aux usagers que la scène est filmée puis mise en ligne sur YouTube.

"Honteux", réagi Clara, quand Matéo se demande si c'est légal de filmer quelqu'un dans un espace public et de publier sur internet des images humiliantes sans son autorisation. "Est-ce qu'ils le font vraiment ?", demande un autre. C'est une blague, répond le service de communication qui gère les parkings. Un dessin humoristique pour faire réagir, pour lutter contre un fléau, qui lui en revanche est bien réel. Il aurait peut-être fallu ne rien dire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Sécurité alimentaire Alimentation
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants