2 min de lecture Éducation nationale

Bobigny : autoritarisme et harcèlement d’une partie des personnels au collège République

Au collège République de Bobigny, un "clan" de professeurs adhérents à SUD éducation fait régner l'omerta, oppressant et harcelant le reste du personnel enseignant.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Bobigny : autoritarisme et harcèlement au collège République Crédit Image : Capture d'écran/ Google Maps | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Isabelle Choquet
Isabelle Choquet édité par Joanna Wadel

En ce jour de brevet, au collège République de Bobigny en Seine-Saint-Denis, c'est plutôt une petite dictature qui est en place, à en croire une étonnante enquête de Libération

République, c'est un établissement en éducation prioritaire, avec 61 % d'élèves boursiers. "Le personnel est divisé en deux clans", écrit le quotidien qui témoigne d'une "ambiance digne d’une trame de téléfilm". "On dirait les Montaigu et les Capulet", ajoute le journal.

Certains s’expriment à visage découvert et avec assurance, sous leur bannière rouge et noire : ce sont des enseignants adhérents à SUD éducation. Ils sont une quinzaine dans cet établissement. République est leur collège, l'un des mieux cotés de l’académie. Quant aux autres, ils ne parlent que s'ils sont sûrs de ne pas être reconnus.

Absentéisme, insultes, "une famille" qui "ose tout"

Ils décrivent une salle des profs physiquement divisée en deux avec "la famille SUD" d’un côté, et les autres à l’écart. "Ils broient toute personne ayant un avis contraire", dit un enseignant parti il y a longtemps.  "Si vous n’êtes pas avec eux, vous êtes ignoré, méprisé, considéré comme stupide...", explique-t-on encore. 

À lire aussi
Une enseignante faisant classe (illustration) éducation nationale
Éducation : classement Pisa, c’est grave ?

Un autre raconte les insultes et les rumeurs quand il a essayé de leur tenir tête pour que les élèves de troisième partent en stage. Comme partout, sauf que "pour ces professeurs, c’était participer au grand capitalisme !", dit-il. Certains les suivent pour avoir la paix, et pour éviter les noms d'oiseaux qui volent à tout bout de champ : des "salope", "sale pute", "collabo".
 
Deux de ces profs syndiqués ont reçu un blâme. Ils se disent victimes de répression syndicale. L'un d'eux avait écrit en rouge au tableau : "vous êtes des porcs sans avenir". Il assure qu'il regrette, qu'il a craqué. Un ancien membre de la direction parle d'un sentiment d'impunité très ancré : "Ils osent tout" raconte-t-il, évoquant des cours annulés en pagaille.

Pas un seul jour ne s'écoule avec l’équipe des 70 enseignants au complet. En moyenne, 7 professeurs sont absents chaque jour. "Parfois, on se retrouve avec plus d’une centaine d’élèves sur les bras. Obligés de les mettre dans le réfectoire".

Les élèves en pâtissent

Après plusieurs alertes et une enseignante au bord du suicide, une enquête interne a été ouverte. Mais le mal est fait. Quand Libération demande à une collégienne ce qu'elle aimerait faire plus tard, elle répond : "J’aurais aimé être avocate. J’étais intelligente au primaire. Mais dans ce collège, je n’ai pas évolué. Maintenant, c’est trop tard."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Éducation nationale Bobigny Collège
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants