1 min de lecture General Electric

Belfort : des milliers de manifestants pour soutenir les salariés de General Electric

Habitants, syndicats ou élus locaux et nationaux étaient présents en nombre, ce samedi à Belfort, pour protester contre la suppression de milliers d'emplois à General Electric.

Des "gilets jaunes" manifestent à Belfort en soutien aux salariés de General Electric
Des "gilets jaunes" manifestent à Belfort en soutien aux salariés de General Electric Crédit : SEBASTIEN BOZON / AFP
Camille Descroix
Camille Descroix
et AFP

Ils étaient près de 5 000 manifestants, ce samedi 22 juin, dans les rues de Belfort pour protester contre le plan social de General ElectricLe géant américain souhaite supprimer 1.050 emplois en France.

De nombreux élus comme Jean-Luc Mélenchon, Philippe Poutou ou encore Nathalie Arthaud ont participé au défilé. Des "gilets jaunes" ont aussi étaient aperçus dans la foule. Une immense banderole "Soutien aux salariés de General Electric" s'étalait aux pieds du célèbre lion en grès rose de Belfort, sculpté par Bartholdi.

"On est là avec les enfants, pour qu'on nous voie dans toute la France et qu'on nous soutienne. Il faut se mobiliser pour notre région, montrer que c'est une région qui a un savoir-faire et qu'il faut le garder", a témoigné Abdelkader Boutaa, ingénieur chez GE. "Belfort debout, soulève-toi", a scandé la foule, à laquelle le délégué CFE-CGC Philippe Petitcolin a lancé: "L'important, c'est de mettre fin au massacre de GE !".    

Lors d'une conférence de presse réunissant élus de gauche et de droite et syndicalistes, le délégué CFE-CGC Philippe Petitcolin a appelé Emmanuel Macron à "faire reculer le rouleau compresseur mis en marche par General Electric".

À lire aussi
Un employé de General Electric sur le site de Belfort entreprises
General Electric : les salariés de Belfort approuvent un plan sauvant 300 emplois

Près du quart de l’effectif total de l'usine de Belfort est concerné par ces suppressions d'emplois. Selon les salariés, ce plan social signerait "l'arrêt de mort de l'entité belfortaine". En 2015, le rachat du pôle Energie d'Alstom par GE s'était accompagné de la promesse de créer 1.000 emplois nets en France d'ici à la fin 2018. Une promesse non tenue, pour laquelle GE a dû payer des indemnités, avant d'annoncer finalement plus d'un millier de suppressions d'emplois. 

Lire la suite
General Electric Industrie Belfort
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants