1 min de lecture Justice

Barbarin condamné : "Je ne vais pas pleurer sur son sort", dit Duhamel

DÉBAT - Alain Duhamel et Nicolas Domenach saluent la condamnation du Primat des Gaules, mais soulignent une contradiction dans sa position.

Micro RTL générique On n'est pas forcément d'accord Yves Calvi & Les Signatures RTL iTunes RSS
>
Barbarin condamné : "Je ne vais pas pleurer sur son sort", dit Alain Duhamel Crédit Image : JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
La Semaine Politique - Duhamel
Alain Duhamel et Nicolas Domenach

Le cardinal Barbarin a été condamné hier à six mois de prison avec sursis pour ne pas avoir dénoncé un prêtre pédophile de son diocèse. Un jugement salué par Alain Duhamel et Nicolas Domenach. 

"C'est un soulagement immense pour les victimes", pour Nicolas Domenach. "Enfin il y a un jugement où la justice des hommes s'applique à tous les hommes, y compris les hommes de Dieu (...) La victime reprend la place centrale."

"Monseigneur Barbarin a mis quand même très longtemps avant de prendre la dimension de ce qu'il avait couvert donc je ne vais pas pleurer sur son sort", lance Alain Duhamel. "Ce qui me parait le plus clair, c'est qu'à travers le cardinal Barbarin, c'est l'institution de l'Église catholique qui cette fois-ci est condamnée : c'est à dire le fait qu'elle se sentait d'une certaine manière au-dessus des lois, à côté des lois de la République", souligne l'éditorialiste. 

Après l'annonce de sa condamnation, le cardinal Barbarin a annoncé qu'il allait remettre sa démission au Pape. Une "très grande contradiction", pour Alain Duhamel. "Il se sent innocent devant la justice française, devant la République, mais il se sent coupable devant le Pape, ce qui prouve que lui est en retard d'une métamorphose".

À lire aussi
Marc Dutroux, en 2004. Marc Dutroux
Expertise psychiatrique de Dutroux : avis favorable du parquet de Bruxelles

Une position "complètement incompréhensible" pour Nicolas Domenach. "De même pendant son procès, on voit bien qu'il est encore dans cette culture de ce que le pape François a appelé la 'culture de l'abus', c'est à dire d'être dans une position de pouvoir qui vous met au-dessus quasiment du jugement des hommes."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Philippe Barbarin Catholiques
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants