1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. Bac 2021 : pourquoi les syndicats enseignants veulent annuler le grand oral

Bac 2021 : pourquoi les syndicats enseignants veulent annuler le grand oral

Après deux années scolaires fortement perturbées par la crise sanitaire, les organisations représentantes pointent du doigt le manque de préparation du corps enseignant et des étudiants.

Des lycéens dans une classe (illustration)
Des lycéens dans une classe (illustration)
Crédit : Ali AL-DAHER / AFP
Victor
Victor Goury-Laffont
Journaliste

Une grande première chamboulée ? Dans un contexte inédit, lourdement impacté par la crise sanitaire, le bac 2021 devrait être le premier avec un "grand oral"  une nouvelle épreuve pour les élèves des filières générales et technologiques valant 10% de la note finale. Un des symboles de la réforme du baccalauréat de 2018, il se retrouve aujourd'hui fragilisé.

"Il y a un sentiment de déni de la part du ministère", dénonce Claire Krepper, secrétaire nationale éducation du Syndicat des enseignants-UNSA, contactée par RTL.fr. En partie opposé aux objectifs de ce grand oral, le syndicat avait "pris acte" de sa mise en place, mais souligne à présent les difficultés provoquées par la crise sanitaire

"Personne ne s'y est préparé", explique-t-elle. Les ajustements imposés par l'épidémie comme les cours à distance ont rendu, assurent les syndicats, la préparation de cette nouvelle épreuve presque impossible en 2020 et très compliquée en 2021. "Il y a un manque de formation des enseignants, et par conséquent des élèves aussi", souligne Claire Kepper. 

Une situation qui, craint-on au SE-UNSA, pourrait déboucher sur des inégalités entre les élèves, avec des niveaux de préparation à l'épreuve très différents d'un établissement scolaire à l'autre.

Vers une baisse de coefficient ?

À lire aussi

Autre source d'inquiétude : les conditions sanitaires dans lesquelles devraient se dérouler cet oral. Malgré les réclamations, le flou persiste autour de la vaccination des professeurs. "A priori, ni les enseignants ni les élèves ne seront vaccinés au mois de juin, regrette Claire Kepper, l'apparition de cas positifs pourrait perturber l'organisation".

Du côté du ministère de l'Éducation nationale, aucune modification au sujet du Grand oral n'a pour l'instant été annoncée. Selon les informations du Parisien, il serait envisagé de le faire perdre en importance, ne le faisant compter que pour 5% de la note finale plutôt que 10%.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/