1 min de lecture Loi

Au nom de la lutte contre le terrorisme, faut-il renier nos libertés ?

REPLAY - Grégoire Etrillard, avocat au barreau de Paris et Alain Marsaud, député UMP et ancien chef du service central de lutte antiterroriste, ont commenté une nouvelle loi qui légalisera certaines pratiques utilisées par les services de renseignement.

>
Au nom de la lutte contre le terrorisme, faut-il renier nos libertés ? Crédit Image : Elodie Grégoire | Durée : | Date :
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière et Vincent Parizot

Un nouveau projet de loi prévoit de donner aux services de renseignement davantage de moyens d'action pour lutter contre le terrorisme. Il sera présenté prochainement en Conseil des ministres.

Il vise notamment à permettre aux agents du renseignement d'écouter des conversations téléphoniques ou d'intercepter des mails dans le cadre de leur mission de surveillance et de filature. Désormais, grâce à une autorisation administrative, ils ne seront plus obligés de passer par la case judiciaire avant d'agir.

Grégoire Etrillard, avocat au barreau de Paris, estime que les modalités proposées dans ledit texte sont intrusives et portent atteinte à la liberté publique. Cependant, face aux risques d'attentats et d'agressions sur le territoire national, il est impossible de débattre sur les mesures avancées. Selon lui, il est toutefois important de discuter et de s'accrocher à de grands principes simples. 

Il ne s'agit pas d'empêcher les policiers de faire leur travail. Mais il faut qu'ils le fassent dans les conditions qui permettent de sauvegarder les libertés publiques.

Grégoire Etrillard, avocat au barreau de Paris,
Partager la citation

Pour Alain Marsaud, ancien chef du service central de lutte antiterroriste du parquet de Paris, cette nouvelle loi permettra surtout de donner un cadre légal à des activités qui existaient déjà auparavant. 

Il nous arrivait de sonoriser des appartements ou de faire des filatures par différents moyens qui n'étaient pas prévus par la loi.

Alain Marsaud, ancien chef du service central de lutte antiterroriste du parquet de Paris
Partager la citation
À lire aussi
assassinat
Une statue, en hommage à Samuel Paty, érigée dans le collège où il enseignait

Le député UMP a également ajouté qu'en temps de crise, il faut réagir en urgence : "Les moyens utilisés à l'époque n'étaient pas tout à fait légaux mais cela nous a permis d'avoir des résultats importants au moment où il y avait des attentats un peu partout et où il fallait répondre dans l'urgence."

RTL vous recommande
Lire la suite
Loi Sécurité Terrorisme
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants