2 min de lecture Société

Attentats de Paris : comment se reconstruire après avoir vécu l'horreur ?

Deux ans après les attentats de novembre 2015, les rescapés livrent des témoignages poignants alors que la France leur rend hommage.

Isabelle Choquet La Revue de Presse Isabelle Choquet iTunes RSS
>
Attentats de Paris : comment se reconstruire après avoir vécu l'horreur ? Crédit Image : JOEL SAGET / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Bégot et La rédaction numérique de RTL

Ils ont vu la mort de près. Les rescapés des attentats de novembre 2015 sont à l'honneur ce lundi 13 novembre. Une question revient en boucle dans la presse : comment se reconstruire après avoir vécu l'horreur ? Libération publie le témoignage bouleversant de Maëlle, "une jeune femme brune, loquace. Mais son regard reste grave et mat, de ceux qui ont côtoyé l’indicible". Maëlle était au Bataclan ce soir-là, à côté du bar, là où les terroristes ont fait irruption.

"Je fais partie des rares personnes dans cette zone-là à avoir survécu. Au millimètre près, la balle qui a percuté mon visage était fatale, je suis une vraie miraculée", raconte celle qui enchaîne les opérations depuis deux ans. Aujourd'hui, elle n'est toujours pas en mesure de manger comme avant, mais peut embrasser son fils. Un petit garçon de sept ans et demi, qui, quand il l'a revue une semaine après les attentats, alors qu'elle portait un masque et un poncho pour cacher ses blessures et que seuls ses yeux étaient visibles, s'est approché pour lui faire un bisou sur le front.

J'ai l'impression que ça me poursuit

Thierry, rescapé du Bataclan
Partager la citation

Thierry , 52 ans , était lui aussi au Bataclan ce soir-là, où il est resté confiné pendant de longues heures dans une loge. Deux ans plus tard, il se souvient de chaque détail : les voix, les tirs. Dès la semaine suivante, il choisit d'avancer plutôt que de s'effondrer et retourne à un concert. Cet été alors qu'il est en vacances à Las Vegas, il croit revivre son cauchemar : son hôtel est juste en face du Mandala Bay, là où un homme a tué des dizaines de personnes à un concert de country. Les attentats, raconte Thierry dans le Progrès, "j'ai l'impression que ça me poursuit".
 
Dans La Croix, Paul confie quant à lui avoir de plus en plus de mal avec le décalage qui existe entre lui et ceux qui n'ont pas vécu directement le drame. "Au début, je n’ai pas mesuré combien l’attentat allait nous changer, alors que le monde, lui, continuerait de tourner", explique le jeune homme de 31 ans.

Et de poursuivre : "La vie reprend son cours, les gens finissent par oublier… Pas nous". Il cite notamment ces matins où il n'a aucune envie de se rendre au travail. "Ma mère me dit : ”Oui, mais il faut bien gagner sa vie.” Moi je réponds : “Bah non, on n’est peut-être pas obligés de s’emmerder”, lance-t-il.

Il fallait bien nourrir mon fils

Valérie, victime des attentats de Paris
Partager la citation
À lire aussi
justice
Les infos de 18h - Local du Petit Cambodge squatté : l'audience chahutée

Valérie, 40 ans, a quant à elle repris dans foulée et sans trop se poser de question son poste de chargée de relation presse dans le luxe. "Il fallait bien nourrir mon fils", explique la jeune femme au journal Le Monde. Rapidement, elle se rend compte que la mode et la mort sont des mots qui ne cohabitent pas bien

Cet univers professionnel lui est soudain apparu inepte et futile, avant qu'elle soit licenciée à la suite d'une dépression. Comme elle, deux ans après les attentats, ils sont près d'un tiers des rescapés à ne pas avoir repris le chemin du travail, explique le quotidien d'autres ont changé de vie, choisi des métiers qui ont plus de sens.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Terrorisme Attentats à Paris
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants