3 min de lecture Attentats à Paris

Attentats à Paris : deux mois après, où en est l'enquête ?

ÉCLAIRAGE - Trois des neufs assaillants des attaques terroristes du 13 novembre n'ont pas été identifiés alors que quatre suspects sont toujours recherchés.

Des militaires français devant la Tour Eiffeil, illuminée aux couleurs tricolores en hommage aux victimes du 13 novembre
Des militaires français devant la Tour Eiffeil, illuminée aux couleurs tricolores en hommage aux victimes du 13 novembre
Claire Gaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

21h20, vendredi 13 novembre. Une première explosion retentit aux abords du Stade de France alors que le match France-Allemagne se poursuit dans l'enceinte de Saint-Denis. Une première détonation qui marque le début d'une longue nuit d'horreur dans la capitale et dans la ville de Seine-Saint-Denis. Au total, 130 personnes, dont 89 dans la seule salle du Bataclan où se produisait le groupe américain Eagles of Death Metal, vont décéder.

Face à l'ampleur de cette tragédie, François Hollande proclame immédiatement l'état d'urgence. Mais deux mois après ces attaques terroristes, certaines interrogations persistent alors que l'enquête se concentre plus que jamais en Belgique où trois logements "conspiratifs" utilisés par les assaillants ont été découverts ce mercredi 13 janvier à Schaerbeek, Charleroi et Auvelais. 

Quatre suspects toujours recherchés

Parmi les plus grosses interrogations, l'endroit où se cache aujourd'hui Salah Abdeslam. Si sa participation au commando des terrasses n'est pas encore avérée, le terroriste de 26 ans a au moins joué un rôle de logisticien avant de s'évaporer dans la nature après son exfiltration de Paris. Si la police a un temps pensé l'intercepter dans le quartier de Molenbeek, l'opération est un échec. Mais ses relations se précisent. Abdelhamid Abaaoud, une relation vieille de plus de dix ans, est alors identifié comme l'organisateur présumé des attentats ainsi que Mohamed Abrini. Ce Belgo-Marocain apparaît au côté de Salah Abdeslam deux jours avant les attentats, ainsi qu'au volant de la Clio noire qui sera retrouvée dans le XVIIIe arrondissement. Ce dernier fait depuis le 24 novembre l'objet d'un mandat d'arrêt international

Les autres personnes visées sont Samir Bouzid et Soufiane Kayal. Si leur identité réelle est à l'heure actuelle inconnue, les deux terroristes présumés auraient joué un rôle central dans les attaques en étant les chefs d'orchestre des trois commandos parisiens mais aussi en étant en contact régulier avec Hasna Aït Boulahcen, la cousine d'Abdelhamid Abaaoud.

Trois des assaillants toujours pas identifiés

À lire aussi
Le procès des attentats de janvier 2015 se tient au palais de justice de Paris (illustration) Attentats à Paris
Attentats de janvier 2015 : le principal accusé continue de nier toute implication

Au total, pas moins de neuf terroristes ont pris part aux assauts du Stade de France, du Bataclan et des terrasses. Parmi eux, six ont déjà été identifiées : Brahim Abdeslam, Bilal HadfiSamy AmimourOmar Ismaïl MostefaïFoued Mohamed Aggad et Abdelhamid Abaaoud.

Deux des trois kamikazes du Stade de France, venus de Syrie dans la masse des migrants avec de faux passeports, restent cependant à identifier. De même qu'un des assaillants des terrasses. Ce dernier serait décédé la semaine suivante lors du spectaculaire assaut de Saint-Denis, où Abdelhamid Abaaoud et Hasna Aït Belahcen ont été tués, le 18 novembre. 

La Belgique, au cœur de l'enquête

Très rapidement, l'enquête sur les attentats à mener les forces de l'ordre en Belgique, et plus précisément à Bruxelles. Au total plus de 850 policiers et 5.500 pages de procédures ont été rédigées, selon le quotidien Le Monde qui a eu accès au dossier le 30 décembre dernier. L'une des premières pistes belges ? Le SMS envoyé par le commando du Bataclan à 21h42 : "On est parti, on commence". Si la ligne a été ouverte la veille de la soirée fatidique au nom de Salah Abdeslam, les destinataires seraient bel et bien Samir Bouzid ou Soufiane Kayal

Par la suite de nombreuses inculpations vont être enregistrées en Belgique alors que Salah Abdeslam a été exfiltré vers la Belgique dès la fin des attaques terroristesUne empreinte de ce dernier sera d'ailleurs retrouvée dans un appartement avant que trois appartements, utilisés lors de la préparation de l'attaque, soient découverts en Belgique. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats à Paris Terrorisme Enquête
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants