1 min de lecture Polémique

Assemblée nationale : une fresque jugée "raciste" crée la polémique

Au Palais-Bourbon, un tableau symbolisant l'abolition de l'esclavage représente 2 personnages noirs de manière caricaturales avec de grosses lèvres rouges.

Ce tableau d'Hervé Di Rosa symbolise l'abolition de l'esclavage en 1794, et est exposé à l'Assemblée nationale depuis 1991.
Ce tableau d'Hervé Di Rosa symbolise l'abolition de l'esclavage en 1794, et est exposé à l'Assemblée nationale depuis 1991. Crédit : Capture d'écran / Twitter
Camille Schmitt
Camille Schmitt
Journaliste

Cette fresque n'est pas au goût de tout le monde. La réalisatrice Mame-Fatou Niang a dénoncé la semaine dernière un tableau représentant l'abolition de l'esclavage en 1794, affiché à l'Assemblée nationale, et où les personnages noirs sont représentés de manière caricaturale avec des grosses lèvres rouges, sur fond de chaînes brisées.

Dans une tribune dans L'Obs, intitulée "Banalisation du racisme à l’Assemblée nationale : ouvrons les yeux", la réalisatrice ainsi que l'écrivain Julien Suaudeau dénoncent cette oeuvre qui "réduit les Noirs à une vision humiliante et déshumanisante". 

"On est au-delà du stéréotype : on a le sentiment d’ouvrir un des grimoires infâmes de la suprématie blanche", estiment-ils. Ils demandent le retrait de ce tableau, qualifié de "mur de la honte". Une pétition a également été lancée en ligne. Celle-ci récolte pour le moment près de 1.200 signatures. 

Le peintre se défend

À lire aussi
Brigitte Macron est l'invitée exceptionnelle de RTL Soir jeudi 20 juin Élysée
Brigitte Macron sur RTL : à Brégançon, "quand on va se baigner, il y a les paparazzis"

Ce tableau est issu de l'oeuvre du peinte Hervé Di Rosa, qui a raconté les grandes dates de l'Histoire de France dans une série de tableaux, exposée à l'Assemblée nationale depuis 1991. Face à la polémique, l'artiste s'est défendu dans une interview au journal Le Monde

"Il y a une réelle incompréhension de ma part", confie-t-il au journal. "Quelle que soit leur couleur, leur sexe ou leurs caractéristiques physiques, mes personnages ont de grosses lèvres rouges", explique l’artiste. Un fait dont ont conscience les 2 signataires de la tribune, mais ceux-ci considèrent "qu’il faut être singulièrement ignorant – ou malintentionné – pour ne pas voir l’offense qu’elles constituent dans ce contexte".

Pour Hervé Di Rosa, cette tribune s'apparente à de la censure. "Toute ma vie d’artiste, je me suis battu contre les censeurs du bon goût pour faire exister les formes grotesques, issues de l’imagerie populaire et modeste. Aujourd’hui, les censeurs viennent de là où on ne les attend pas ! Pour moi, quel que soit le prétexte, toute volonté de censure d’un geste artistique et poétique est inacceptable", conclue-t-il. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Polémique Assemblée nationale Art
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797385979
Assemblée nationale : une fresque jugée "raciste" crée la polémique
Assemblée nationale : une fresque jugée "raciste" crée la polémique
Au Palais-Bourbon, un tableau symbolisant l'abolition de l'esclavage représente 2 personnages noirs de manière caricaturales avec de grosses lèvres rouges.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/assemblee-nationale-une-fresque-jugee-raciste-cree-la-polemique-7797385979
2019-04-08 12:47:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/yrNrrfMRKAAJV6OE2nT2SQ/330v220-2/online/image/2019/0408/7797386158_ce-tableau-d-herve-di-rosa-symbolise-l-abolition-de-l-esclavage-en-1794-et-est-expose-a-l-assemblee-nationale-depuis-1991.PNG