3 min de lecture Paris

Un festival accusé d'être "interdit aux blancs" fait polémique

Il s'agit du Nyansapo Fest, organisé à Paris à la fin du mois de juillet. La maire de Paris est montée au créneau, envisageant de poursuivre les organisateurs pour discrimination.

Anne Hidalgo à Séville le 19 mai 2017.
Anne Hidalgo à Séville le 19 mai 2017. Crédit : RAUL CARO/SIPA
Philippe Peyre
Philippe Peyre
et AFP

Le Nyansapo Fest est dans le collimateur de la maire de Paris. Organisé pour la première fois du 28 au 30 juillet dans la capitale par un collectif dit "afroféministe militant", ce festival fait déjà l'objet d'une polémique. 

"Je condamne avec fermeté l'organisation à Paris de cet événement 'interdit aux blancs'", a tweeté Anne Hidalgo, indiquant qu'elle envisageait "la possibilité de poursuivre les initiateurs de ce festival pour discrimination". La préfecture de police a fait savoir, dans un communiqué, qu'elle "n'a pas été saisie, à ce jour, de l'organisation d'un tel événement". Le préfet de police, Michel Delpuech, a indiqué "qu'il veillera au respect rigoureux des lois, valeurs et principes de la République".

Les organisateurs en question sont réunis au sein du collectif Mwasi. Sur leur site internet, le Nyansapo Fest est présenté comme un événement de rencontre, de partage et d'échanges pour "faire avancer [leurs] combats". Tel que cela a été rédigé sur la page web, le festival est découpé en différents espaces : un "non mixte femmes noires" qui représente "80% du festival", un autre "non mixte personnes noires", un "non mixte femmes racisées", et enfin, un "espace ouvert à tou.te.s"

À lire aussi
L'Apple Store des Champs-Élysées ouvre ses portes au public fin novembre Connecté
Apple dévoile en avant-première le nouvel Apple Store Champs-Élysées
.
.

Face à la mise en place de ces espaces réservés aux individus en fonction de leur couleur de peau, la Ligue International Contre le Racisme et l'Antisémitisme (LICRA) a affiché son opposition à la tenue du Nyansapo Fest, dénonçant un "festival 'interdit aux blancs'. "Rosa Parks doit se retourner dans sa tombe. Le combat antiraciste devenu l'alibi d'un repli identitaire", a regretté l'association sur son compte Twitter, en référence à l'icône de la lutte pour les droits civiques aux États-Unis.

Apportant son soutien à la maire de Paris, SOS Racisme a jugé "sur le plan politique" ce festival comme une "faute - sinon une abomination - car il se complaît dans la séparation ethnique là où l'antiracisme est un mouvement dont l'objectif est post-racial". 

Le président du groupe Front national en Île-de-France, Wallerand de Saint-Just, a publié un communiqué pour dénoncer ce qui est à ses yeux constitue "une conception racialiste de la société" abritée par la ville de Paris. "Le scandale serait déjà important s'il n'avait pas été constaté de surcroît que ce festival sera hébergé par l'association La Générale Nord-Est dans ses locaux du 14 avenue Parmentier (...) Des locaux concernés par l'opération "réinventer Paris", et dont le propriétaire est... la mairie de Paris", a-t-il déploré, exhortant Anne Hidalgo à intervenir. 

La Générale réplique et dénonce une "désinformation"

Face à la polémique, l'association La Générale Nord-Est et le collectif afroféministe Mwasi, qui organise le festival, ont répliqué, s'estimant "la cible d'une campagne de désinformation et de 'fake news' orchestrée par l'extrême droite la plus moisie".

"Nous sommes attristés de voir certaines associations antiracistes se laisser manipuler ainsi", indique ce texte publié sur le site de la Générale. "Lorsque la question de la race n'est pas évoquée, les groupes de discussion féministes 'entre femmes' n'ont jamais posé de problème à grand monde", ont-ils ajouté.

Durant l'été 2016, l'organisation d'un "camp d'été décolonial" à Reims (Marne) avait déjà soulevé les critiques. Il s'agissait d'un "séminaire de formation à l'antiracisme", réservé aux victimes de ce qu'il appelait le "racisme d'État" ou les "racisés", excluant de facto les personnes blanches. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Paris Anne Hidalgo Discriminations
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788740753
Un festival accusé d'être "interdit aux blancs" fait polémique
Un festival accusé d'être "interdit aux blancs" fait polémique
Il s'agit du Nyansapo Fest, organisé à Paris à la fin du mois de juillet. La maire de Paris est montée au créneau, envisageant de poursuivre les organisateurs pour discrimination.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/anne-hidalgo-demande-l-interdiction-d-un-festival-interdit-aux-blancs-7788740753
2017-05-28 16:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/6xUW89NO3XsBlw5RoV8p0w/330v220-2/online/image/2017/0520/7788630939_anne-hidalgo-a-seville-le-19-mai-2017.jpg