1 min de lecture Société

47% des personnes séropositives ont renoncé à être parent

Selon une enquête révélée par franceinfo, beaucoup de personnes vivant avec le VIH considèrent le virus comme un frein dans leur vie de couple. Au point d'affecter leur désir d'enfant.

Une campagne pour mieux comprendre le quotidien des personnes vivant avec le VIH a été lancée le 17 septembre.
Une campagne pour mieux comprendre le quotidien des personnes vivant avec le VIH a été lancée le 17 septembre. Crédit : Manjunath Kiran / AFP
Caroline Drzewinski
Caroline Drzewinski
Journaliste

"La séropositivité a changé beaucoup de choses dans ma vie de femme. Pour moi, avoir des enfants était impensable". Séropositive depuis 22 ans, Christine n'est pas la seule à avoir remis en question son désir de maternité. 

Selon une étude menée le laboratoire Gilead Sciences en partenariat avec Ipsos, révélée par franceinfo, 47% des personnes vivant avec le VIH ont renoncé à devenir parent. Alors qu'un tiers ont retardé leur décision de concevoir un enfant, 57% explique que la maladie affecte fortement leur vie sexuelle. Sans parler des 38% qui ont renoncé à se marier ou à se pacser. 

Avoir un enfant n'est pourtant pas impossible pour les personnes atteintes du VIH. Les couples peuvent avoir recours à l'insémination artificielle, avec le sperme du père ou d'un donneur. Si la mère est atteinte du VIH, le risque de transmission à l'enfant lors de la grossesse est de 20%, selon Sida Info Service, mais la prise d'un traitement antirétroviral "permet d'amener le taux de transmission à moins de 1%".

Peur de contaminer l'entourage

L'enquête met aussi en avant l'état de la santé mentale des personnes séropositives, minée par des angoisses liées à la maladie. Un tiers des personnes interrogées y pensent au moins une fois par jour (34%). Parmi elles, près de la moitié (46%) redoutent de contaminer leur partenaire ou entourage

À lire aussi
Une physalie sur une plage girondine en août 2011 (illustration) Bretagne
Côte Atlantique : des physalies, méduses urticantes, s'échouent sur les plages

Une campagne de sensibilisation #PasseLeMotPasLeVirus a été lancée afin de faire évoluer les mentalités. Pour cause, 43% des personnes vivant avec le VIH mentent "souvent" à leurs proches sur leur situation, cachant leurs rendez-vous médicaux et leurs traitements. 

Cette enquête a été réalisée en France par Ipsos depuis le 20 juin 2018. Ces résultats sont présentés sur la base de l’interrogation de 200 patients âgés de 16 ans ou plus vivant avec le VIH. L’interrogation des patients a été réalisée en suivant un questionnaire de 10 minutes, par internet ou par téléphone.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Sida VIH
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants