2 min de lecture Économie

Retraites : pourquoi l'indexation des complémentaires est une bonne nouvelle

Avec l'ajustement des complémentaires sur l'inflation, le grignotage des pensions pourrait cesser pour au moins 4 ans.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
Retraites : pourquoi l'indexation des complémentaires est une bonne nouvelle Crédit Image : PHILIPPE HUGUEN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau édité par Joanna Wadel

Ce n’était pas prévu si tôt. Les retraites complémentaires pourraient être indexées sur l’inflation. Sauf manœuvre de dernière minute, les pensions Agirc-Arrco devraient augmenter de 1,1% en novembre. Après 6 ans de gel et de régression du montant des pensions versées par les complémentaires, tout indique que l’on rentre dans la dernière ligne droite d’un accord entre les partenaires sociaux permettant d’intégrer la hausse des prix. En clair, le grignotage par l’inflation pourrait cesser pour une durée d’au moins 4 années.

Quatre ans, c’est l’horizon sur lequel travaillent patronat et syndicats, qui finalisent le cadre qui définira la valeur du point et la prise en compte de l’évolution des prix à la consommation hors tabac, jusqu’en 2022.

Mais dans ces affaires où s’imbriquent le niveau d’emploi, la démographie et la conjoncture, il faut rester prudent. Cependant, le schéma qui se dessine n’allume pas de signaux d’alerte.

Un déficit réduit de 8 milliards à 200 millions d'euros

Les deux régimes Arrco et Agirc ont fusionné le 1er janvier dernier. Ce que l’on a peut-être oublié, c’est que depuis des années et surtout depuis 2015, les complémentaires ont sérieusement remis en cause leur mode de gestion et serré la vis des pensionnés avec le gel du point, ou l'appel de cotisations en hausse. Des mesures douloureuses mais efficaces : le déficit est passé de 8 milliards d'euros à 200 millions d'euros.

À lire aussi
Des manifestants pro-démocratie à Hong Kong, le 18 août 2019 manifestations
Hong Kong : la crise politique "se traduit dans l'économie", dit François Lenglet

Un redressement spectaculaire qui, selon les projections des gestionnaires de ces caisses, devrait assurer la sécurité financière des régimes pour au moins 15 ans, tout en maintenant le PA du point acquis. Donc l’indexation ne fragilisera pas les complémentaires.

Une leçon de gestion pour le gouvernement

Cette bonne nouvelle, si elle est rapidement confirmée, est à mettre au crédit des partenaires sociaux. Qui, au passage, donnent une bonne leçon de gestion au gouvernement. 

Plus largement, ce dossier démontre : que l’on peut même dans un contexte économique maussade faire bouger les lignes d’un vieux système sans brutaliser les Français. Que l’État qui, lui, a directement la main sur les régimes de base et qui va nécessairement être interpellé, doit faire ses preuves dans la nébuleuse inégalitaire actuelle. 

Et surtout, qu’un système de retraite par points, comme celui qu'Emmanuel Macron veut généraliser à tous les Français, est un bon outil de pilotage. Plus lisible. Plus efficace. Moins injuste et éruptif que les 42 régimes actuels.

Les Plus

Fiat-Chrysler va s’allier à Tesla pour éviter une amende de Bruxelles sur ses émissions de CO2. Bonne pioche pour le constructeur de voitures électriques.

Boeing va réduire de 20% la production de ses 737 Max victimes de deux défaillances catastrophiques en quelques mois.

La note

5 sur 20 au trio BMW, Volkswagen et Daimler. La commission européenne les accuse d'entente pour retarder l'introduction de technologies qui réduisent la pollution. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Retraites Inflation
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants