2 min de lecture Gilets jaunes

"Et si la vraie question n'était pas le pouvoir d'achat mais le logement", demande Lenglet

ÉDITO - Le bilan 2018 de l’immobilier vient d’être publié, il indique une nouvelle hausse. Le prix des logements a progressé en 2018 de 3,5% pour les maisons, et de 1,1% pour les appartements.

LENGLET 245300 Lenglet-Co François Lenglet
>
Les prix de l'immobilier ont augmenté en 2018 Crédit Image : AFP / Stéphane de Sakutin | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet et Thomas Pierre

C’est le réseau d’agence Century 21 qui publie les chiffres de ses quelques 40.000 transactions réalisées dans l’année. Cela représente près de 5% des ventes, c’est donc assez significatif. 

Le prix des logements a progressé en 2018 de 3,5% pour les maisons, et de 1,1% pour les appartements. Mais il s’agit évidemment d’une moyenne nationale, qui cache de très fortes différences. Dans les zones rurales et dans les petites villes, les prix continuent à chuter, alors que dans les grandes agglomérations, ils continuent d’exploser. 

En tête, Bordeaux et Lyon ont connu des progressions à deux chiffres, bien supérieures à celle de Paris, qui reste néanmoins en haut du classement pour la valeur absolue. C’est la conséquence de la concentration croissante de l’activité économique dans les grandes villes françaises. 

À lire aussi
Des "gilets jaunes" à Paris, le 5 janvier 2019 justice
"Gilets jaunes" : 24 interpellations ciblées grâce aux "cellules spéciales d'enquêtes"

L'emploi se concentre en ville

L’activité et l’emploi désertent les campagnes, avec la raréfaction des usines. Une économie de services est une économie urbaine. La quasi-totalité des emplois nouveaux sont désormais créés en ville, c’est ce qu’on appelle la métropolisation" de la croissance
Du coup, les Français migrent dans ces zones urbaines. 

En fait, la France est en train de connaître un nouvel "exode rural", qui voit les petites villes se vider au profit des grandes. L’évolution divergente des prix de l’immobilier reflète cette polarisation croissante. Et c’est cela qui explique les difficultés de pouvoir d’achat.

À l’occasion de la crise des "gilets jaunes", il y a eu d’innombrables analyses sur le pouvoir d’achat ressenti, sur les soi-disant dépenses contraintes comme les abonnements au téléphone qui n’existaient pas auparavant, et qui rendraient la vie plus difficile. Cela n’a pas grand sens. 

Le prix des logements explose en ville

En effet, il y a 30 ou 40 ans, il y avait d’autres dépenses contraintes. La nourriture et les vêtements étaient bien plus chers qu'aujourd’hui, en proportion du budget des familles. La vraie grosse différence, et la seule, c’est le prix des logements, qui a littéralement explosé en ville et dans certaines zones touristiques. Derrière la crise de pouvoir d’achat en France, il y a le prix des logements.

En outre, l’Insee considère que le logement ne représente que 9% du budget d’un ménage. L’institut statistique fait une moyenne entre les ménages qui ne payent pas leur logement, les propriétaires, et ceux qui louent. Du coup, il arrive à ce chiffre de 9%, qui n’est pas du tout significatif pour quelqu’un qui loue un logement dans les zones urbaines, ou qui achète son logement.

Comment faire baisser les prix ?

Certains pays comme la Nouvelle-Zélande, confrontés au même problème, viennent d’interdire l’achat de logements par les étrangers. En France, ça ne réglerait pas le problème, sauf dans les zones touristiques à la mer et la montagne. 

Le blocage des loyers n’est guère plus efficace. Généralement, il provoque la raréfaction des appartements car les propriétaires ne veulent plus louer si les loyers leur semblent trop faibles. 

Reste deux solutions de moyen terme, qui sont les seules efficaces : la construction de nouveaux logements, et la mise en place de réseaux de transports publics performants pour faciliter les déplacements dans les zones à forte concentration. Sur ce point, la France, et la région parisienne en particulier, à de gros, gros progrès à faire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gilets jaunes Logement Immobilier
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796171518
"Et si la vraie question n'était pas le pouvoir d'achat mais le logement", demande Lenglet
"Et si la vraie question n'était pas le pouvoir d'achat mais le logement", demande Lenglet
ÉDITO - Le bilan 2018 de l’immobilier vient d’être publié, il indique une nouvelle hausse. Le prix des logements a progressé en 2018 de 3,5% pour les maisons, et de 1,1% pour les appartements.
https://www.rtl.fr/actu/conso/et-si-la-vraie-question-n-etait-pas-le-pouvoir-d-achat-mais-le-logement-demande-lenglet-7796171518
2019-01-09 08:43:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/uLhGrdYA-sBQERYGIUusxQ/330v220-2/online/image/2019/0109/7796171497_les-prix-de-l-immobilier-repartent-a-la-hausse.jpg