2 min de lecture Armée

Défense : pourquoi la Belgique n'a pas choisi le Rafale ?

La Belgique a tranché : son armée de l’air ne volera pas européen. Son choix s’est porté sur un avion américain et non sur des avions français, les Rafales.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau
>
Défense : pourquoi la Belgique n'a pas choisi le Rafale ? Crédit Image : GERARD JULIEN / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau et Marie Sasin

Bruxelles pouvait planter un coup de poignard dans le projet en cours d’une Europe de la défense. C’est fait. Elle va s’équiper de 34 appareils américain type F35 pour remplacer d’ici 5 ans sa flotte vieillissante.

Économiquement c’est un marché de quatre milliards d'euros qui échappe aux industriels du vieux continent. Ni l’Eurofighter un avion qui regroupe les technologies de l’Allemagne, de la Grande-Bretagne, de l’Italie et de l’Espagne. Ni le Rafale français n’ont convaincu les aviateurs Belges et le gouvernement de Bruxelles.

Militairement cette prime aux constructeurs et équipementiers d’outre-atlantique renforce l’aile nationaliste flamande stratégiquement plus proche des intérêts de Washington que ceux de l’Europe. L’avion a des qualités ou des capacités techniques supérieures ?

À lire aussi
Emmanuel Macron et Donald Trump entourés de leur épouse respective samedi 10 novembre 2018 à l'Élysée diplomatie
11-Novembre : Macron tente de désamorcer les tensions avec Trump

Difficile, voire impossible, de se prononcer. Chacune des machines en compétition a ses atouts. En revanche, les aviateurs flamands voulaient le F35 pour au moins deux raisons. D'abord, complaire à leurs collègues néerlandais qui ont déjà fait ce choix. Les Pays-Bas restent une tête de pont fidèle aux intérêts de l’Amérique.

Ensuite, la Belgique voulait un avion capable de porter une bombe nucléaire pour le compte de l’OTAN. La bombe est américaine. L’avion le sera donc aussi.

Des avantages économiques pour la Belgique ?

Pour les entreprises belges les retombées industrielles ou technologiques seront très limitées. En revanche, cette décision qui lie la Belgique à Washington pour au moins 30 ans c’est la durée de vie d’un avion de combat, hypothèque sa participation au projet de système de combat aérien du futur qui est déjà sur les rails, sous la houlette de Paris et Berlin.

Les plus

Le constructeur emblématique Tesla annonce enfin ses premiers bénéfices. Le fond de la piscine a peut-être été atteint.

PSA va lancer un service d’autopartage à Washington avec 600 voitures. Mais ce seront des Chevrolet.

La note

Coup de pouce à une initiative du Figaro Madame à laquelle RTL est associée : le prix Business With Attitude exclusivement réservé aux femmes entrepreneures, créatrices d’entreprises. Pour les gagnantes le bénéfice d’un véritable programme d’accompagnement par les meilleurs experts. Tous les détails sur le site RTL Girls.fr.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Armée Défense Belgique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795329258
Défense : pourquoi la Belgique n'a pas choisi le Rafale ?
Défense : pourquoi la Belgique n'a pas choisi le Rafale ?
La Belgique a tranché : son armée de l’air ne volera pas européen. Son choix s’est porté sur un avion américain et non sur des avions français, les Rafales.
https://www.rtl.fr/actu/conso/defense-pourquoi-la-belgique-n-a-pas-choisi-le-rafale-7795329258
2018-10-26 11:23:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/6NKnyT3Ugi7Vc9zxYkaGbg/330v220-2/online/image/2018/0313/7792612853_un-rafale-francais-illustration.jpg