1 min de lecture Défense

Quel porte-avions pour succéder au Charles-de-Gaulle ?

INVITÉ RTL - La ministre des Armées a annoncé le lancement du programme de futur porte-avions de la France, qui succédera au Charles-de-Gaulle, avec une phase d'études de 18 mois.

3 minutes pour comprendre - 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
3 minutes pour comprendre du 24 octobre 2018 Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi et Eléanor Douet

La ministre des Armées Florence Parly a lancé mardi 23 octobre le programme de renouvellement du porte-avions Charles-de-Gaulle, qui devrait terminer sa vie active en 2040. On parle d'une phase d'étude de 18 mois qui coûtera 40 millions d'euros, pour un coût final compris entre 5 et 7 milliards.

"Il faut commencer par étudier quel type de porte-avions succédera au Charles-de-Gaulle. Ça veut dire répondre à trois questions : quelle menace ? Quel type de propulsion : classique ou nucléaire ? Quelles innovations, notamment pour les catapultes ?", explique le capitaine de vaisseau Bertrand Dumoulin, porte-parole de la Marine nationale.

Au terme de ces 18 mois d'études, le pouvoir politique fera son choix. "C'est maintenant qu'il faut le faire puisque la construction prend une vingtaine d'années". 

Il s'agit d'être capable de montrer sa force et de faire peser une menace sur un adversaire

Capitaine de vaisseau Bertrand Dumoulin, porte-parole de la Marine nationale
Partager la citation

Le capitaine de vaisseau rappelle l’utilité d'un porte-avions. "C'est d'abord un outil de puissance. Aujourd'hui, le Charles-de-Gaulle avec ses 30 avions de chasse permet de frapper loin, en profondeur. C'est aussi un outil de mobilité ; il fait 1.000 km par jour. On peut donc le déplacer en fonction de l'évolution d'une crise éventuelle. C'est aussi un outil qui permet de durer sur zone."

À lire aussi
Maître Bernard Boulloud défend son client, chirurgien grenoblois accusé par 80 patients justice
Chirurgien suspendu à Grenoble : sa culpabilité n'est pas prouvée, selon son avocat

Un porte-avions, représente également l'image de la France. "Il est respecté de nos alliés et redouté de nos adversaires", résume Bertrand Dumoulin. "Il s'agit d'être capable de montrer sa force, de montrer ses muscles et de faire peser une menace sur un adversaire."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Défense Armée
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants