2 min de lecture Aviation

Comment Airbus est passé devant Boeing

ÉDITO - Malgré une perte d'1,36 milliard, Airbus se porte bien et devance Boeing, fragilisé avec son 737-Max, toujours au sol.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Airbus : après une année exceptionnelle, l'avionneur passe devant Boeing Crédit Image : PASCAL PAVANI / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Chloé Richard-Le Bris

Airbus a publié ses résultats annuels. L'avionneur européen affiche une perte de 1.36 milliard, mais il se hisse à la première place mondiale devant Boeing. En même temps, c'est un podium où il n'y a que deux marches puisque vous êtes soit premier, soit dernier. Mais c'est vrai qu'Airbus repasse numéro 1 mondial après une année exceptionnelle où il a enregistré 768 commandes d'avions, c'est 20 de plus qu'en 2018 et il est premier pour la première fois depuis 2011.

Cette perte de 1,36 milliard est due à des éléments exceptionnels. Comme la situation d'Airbus d'un point de vue carnet de commandes et capacité industrielle est bonne, le groupe peut éponger de vieilles histoires sans trop de casse d'un point de vue comptable. 

On parle là de l'accord trouvé il y a quelques jours à 3,6 milliards d'euros pour éteindre un procès pour corruption qui date depuis de nombreuses années, et puis d'une provision pour un énième retard sur l'avion militaire A400M. Autrement dit, j'ai de l'argent sur mon cahier d'épargne et je l'utilise pour payer mes dettes.

Boeing fait face à un crash industriel

Un des éléments qui explique aussi la très bonne tenue du carnet de commandes : Boeing fait face à un crash industriel avec son 737-MAX qui est toujours cloué au sol suite à deux accidents il y a un an. C'était le relais de croissance de Boeing qui devait concurrencer la superstar d'Airbus, la gamme A320-A321neo que les compagnies s'arrachent en ce moment parce que cet avion fait de longues distances et consomme beaucoup moins de carburant.

À lire aussi
Un avion Ryanair (illustration) coronavirus
Coronavirus : Ryanair veut réduire les salaires de ses employés jusqu'à 20%, sous peine de licenciement

En janvier, pour la première fois depuis 1962, le groupe américain n'a enregistré aucune commande, zéro ! La faillite de Boeing reste tout de même difficile à imaginer et cela ne serait pas forcément une bonne nouvelle pour Airbus et pour l'aéronautique mondiale. 

Boeing, c'est quoiqu'il arrive un lien encore plus intime avec le pouvoir américain parce que ça touche à la sécurité nationale bien sûr, à la fierté nationale aussi, et à l'emploi. Boeing, c'est 9.830 ouvriers dans l'État de Washington, c'est 282.000 emplois dans l'État de l'Ohio, c'est 181.000 en Californie, 12.000 sous-traitants dans tout le pays. C'est un État dans l'État.

Boeing emploie 30.000 personnes en France

Boeing trop faible c'est aussi mauvais pour Airbus et pour l'écosystème aéronautique dans son ensemble. Cette industrie ne doit pas vivre avec un acteur en monopole parce qu'on risquerait de voir disparaître des sous-traitants et des savoir-faire. Boeing fait travailler des géants français aussi, comme Safran ou Michelin par exemple, et puis aussi plein de PME. L'Américain emploie 30.000 personnes en France.

Sans oublier le constructeur chinois Comac qui a appris à faire un C919, appelé à devenir le grand rival de notre A320neo. Vous savez aujourd'hui le marché des avions est porté par les compagnies low cost qui ont besoin d'avions neufs pour les faire voler en continu. Ces compagnies-là regardent la sécurité bien sûr, et pour l'instant l'avion Comac n'est pas certifié. Mais elle regarde aussi le prix. Le premier client d'Airbus est une low cost indienne, Indigo

Si les acteurs historiques se fragilisent, on risque d'avoir deux acteurs régionaux, Boeing aux États-Unis, Airbus en Europe, et finalement Comac pour le reste du monde. Heureusement, on n'en est pas encore là.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Aviation Boeing Airbus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants