2 min de lecture Santé

Pollution : Michel Cymes vous invite à opter pour le masque de chantier

Le médecin est formel : dans la lutte contre les particules, le masque de chirurgie et le foulard sont totalement inefficaces.

Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
Pollution : Michel Cymes vous invite à opter pour le masque de chantier Crédit Image : SIPA / Ng Han Guan | Crédit Média : RTLNet | Date :
La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes et Loïc Farge

À tous ceux qui se protègent de la pollution en mettant un masque, je le dis tout de suite : il y a masque et masque. Et celui que je vois le plus souvent sur le visage des gens que je croise dans la rue, qu'ils soient en train de marcher ou de pédaler, c'est malheureusement le masque de chirurgie. Il ne sert à rien. Vous pouvez le jeter, ou alors me l'envoyer (il m'arrive d'en avoir besoin quand je me retrouve dans une salle d'opération).

Je recommande aussi d'oublier le foulard qu'on enroule autour du visage, façon touareg dans le désert : celui-là aussi laisse tout passer. On croit qu'il est efficace, parce qu'il nous protège un peu des mauvaises odeurs. En fait, c'est une passoire de compétition.

Quel type de masque faut-il mettre ? En général, on a le choix entre deux modèles : le masque du cycliste ou le fameux masque de chantier. Celui-là est censé protéger contre la poussière, et en général il est réservé aux professionnels. Mais rien ne vous interdit de vous y intéresser, car c'est en fait le plus efficace.

EN-149, la formule magique

Le masque conçu pour les cyclistes les protège mal. Je me base sur des tests réalisés par un spécialiste des filtres industriels. Le modus operandi est assez simple. Vous prenez le masque, vous y projetez des particules et vous faites le compte de celles qui ont franchi l'obstacle. Résultat : le masque de chantier est vainqueur par KO. Avec en prime quelque chose de surprenant : les filtres sont plus cools avec les grosses particules qu'avec les petites. Plus c'est gros, plus ça passe.

À lire aussi
Le masque est obligatoire dans les transports en commun, et en entreprises. santé
Coronavirus : l’arrivée d’un vaccin signifie-t-elle la fin du port du masque ?

La trajectoire des particules est fonction de leur taille et obéit à certaines lois physiques, qui expliquent le phénomène. Pour le reste, tout dépend de votre tête. Nous n'avons pas le même visage. La physionomie peut influer sur l'efficacité du masque. Quand on en porte un sur le visage, il y a des zones de fuite : ce sont des espaces vers le nez et le menton (surtout s'il est barbu). Les particules adorent s'y engouffrer.

Par ailleurs, avec certains masques on n'est pas trop à l'aise pour respirer. Avec d'autres, le champ visuel est un peu rétréci (avouez que c'est pratique si vous êtes à vélo !). Avant d'acheter un masque, il faut l'essayer. Il faut en même temps retenir la formule magique EN-149 : c'est la norme européenne qui garantit justement que le masque est efficace.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Pollution Environnement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants